La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Correspondance Louis Calaferte / Jean-Pierre Miquel

juin 2018 | Le Matricule des Anges n°194 | par Didier Garcia

Correspondance Louis Calaferte / Jean-Pierre Miquel

D’un côté : Louis Calaferte (1928-1994), déjà à la tête d’une œuvre conséquente lorsque s’amorce cette correspondance restée inédite (dès 1952, son Requiem des innocents avait fait de lui un écrivain qui comptait) ; de l’autre : Jean-Pierre Miquel (1939-2003), tour à tour acteur, metteur en scène, professeur d’art dramatique, et administrateur général de la Comédie-Française. Entre les deux hommes, au-delà de l’amitié qui les liera pendant vingt-deux ans, il sera surtout question de théâtre. Du théâtre que l’un crée, et que l’autre met en scène.
Leur rencontre est d’ailleurs scellée autour de Chez les Titch (1973), première incursion pour Calaferte dans l’univers théâtral. L’écrivain est aussitôt conquis par la réalisation que Miquel en propose au « petit Odéon ». Le metteur en scène devient alors une sorte de mentor pour l’écrivain, qui lui confie les manuscrits des pièces qu’il vient d’écrire : « vous savez quel prix j’attache à votre jugement, et il est vrai qu’en matière de théâtre j’écris toujours un peu en fonction de vous. » L’admiration étant réciproque, Miquel n’hésite pas à confier à son ami ses propres pages, comme celles qui deviendront l’essai Le Théâtre et les jours (Flammarion, 1986).
Riche de près de 200 lettres, cette correspondance, qui progresse au gré des projets des deux hommes, donne donc surtout à lire l’itinéraire du dramaturge que fut Calaferte. Un dramaturge que ces pages incitent joliment à (re)découvrir.

D. G.

Correspondance
Louis Calaferte / Jean-Pierre Miquel, 1972-1994

Tarabuste, 132 p., 17

Le Matricule des Anges n°194 , juin 2018.
LMDA papier n°194
6.50 €
LMDA PDF n°194
4.00 €