La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Jouir : Vingt-six vies consacrées à cet art

novembre 2018 | Le Matricule des Anges n°198 | par Anthony Dufraisse

Jouir : Vingt-six vies consacrées à cet art

Jouir, par quel que moyen que ce soit, est-ce un art ? Michéa Jacobi part du principe que oui et il signe vingt-six portraits, plus ou moins fouillés, d’hommes et
de femmes dont les vies valent leçons. Certaines très éloignées dans le temps (le gargantuesque Denys d’Héraclée au IVe siècle avant JC) et/ou l’espace (en Chine avec le panthéiste Yang Zhu). La galerie se visite sur le mode de l’abécédaire : on y entre avec le poète-courtisan Abû Nuwâs au temps du califat de Bagdad et l’on en sort avec Zaborowski Sigismond, anthropologue français mort dans les années 30, passé maître es-désaltération. Entre-temps passent un goinfre doué d’analgésie congénitale, une danseuse habitée, une chanteuse à la voix tentatrice (Ella Fitzgerald), une mystique flamande, un pornographe tourmenté (Imamura), un opiomane polygraphe (de Quincey), une ardente tête couronnée (la reine Margot), une fille d’empereur romain dévergondée mais aussi un photographe, un dandy, des gens d’église, un lubrique anonyme, un érotomane… Où l’on voit successivement que la jouissance est une expérience polymorphe et polyglotte, « par essence étrangère et qu’en essayant de la dire, nous revenons sans cesse à l’idée que c’est en son incongruité qu’elle nous apporte le plaisir ». Pour faire la part entre légendes et réalités, Jacobi a dû beaucoup lire en amont.
Il a digéré une documentation que l’on suppose colossale, soit le matériel habituel de l’encyclopédiste qui forcément tire jouissance (ah !) de vulgariser sa science infusée.
Le tout est enlevé et, osons le mot, assez jouissif.
Anthony Dufraisse

Jouir : Vingt-six vies consacrées à cet art, de Michéa Jacobi,
La Bibliothèque, 130 pages, 14

Le Matricule des Anges n°198 , novembre 2018.
LMDA papier n°198
6.50 €
LMDA PDF n°198
4.00 €