La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les Morts de Christian Kracht

novembre 2018 | Le Matricule des Anges n°198 | par Yann Fastier

Début des années 30. À l’instigation d’un haut fonctionnaire japonais, désireux de créer un « axe celluloïdique » entre Tokyo et Berlin, le réalisateur suisse Emil Nägeli est envoyé au Japon par la puissante UFA, afin d’y tourner son nouveau film. En pleine crise existentielle, il y va surtout retrouver sa maîtresse, la belle Ida von Üxküll qui, de son côté, lui préfère nettement le brillant et singulier Masahiko Amakasu. Ainsi résumé, le roman pourrait s’apparenter à un banal triangle amoureux sur fond de cerisiers en fleurs. Ce serait oublier à qui l’on a affaire : Christian Kracht est un maître manipulateur, un ironiste dont l’Histoire est le premier matériau. Une Histoire qu’il n’hésite pas une seconde à triturer, à malaxer, à déformer, quitte à la malmener quelquefois au nom des intérêts supérieurs de la littérature.
Imperium, son précédent roman (Phébus, 2017), prenait déjà prétexte d’une anecdote réelle pour peindre la déconfiture d’une utopie naturiste dans les mers du Sud. De même, Les Morts s’articule-t-il autour du fameux « Incident du 15 mai »1932, où l’assassinat du Premier ministre Tsuyoshi Inukai acheva de précipiter le Japon du côté obscur de la force. Construit – on est prié de le croire – à la manière d’une pièce de nô, le roman s’offre d’autre part un casting prestigieux pour pas cher. Outre Charlie Chaplin en personne, il met ainsi à contribution Fritz Lang, les critiques Lotte Eisner et Siegfried Kracauer et bien d’autres, plus ou moins connus, dont les silhouettes viennent se profiler tour à tour sur l’écran d’une pantomime un rien macabre, une farce noire dont le ton, tout de froideur sardonique, rappelle par moments les mangas modernistes et délétères d’un Suehiro Maruo. Comme lui, Kracht affiche d’ailleurs un petit côté marionnettiste, une façon d’agiter d’en haut les êtres et les choses qui pourrait s’avérer déplaisante à la longue, si la virtuosité du conteur ne finissait toujours par l’emporter sur le bagout du bonimenteur.

Yann Fastier

Traduit de l’allemand (Suisse) par
Corinna Gepner, Phébus, 184 pages, 18

Les Morts de Christian Kracht Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°198 , novembre 2018.
LMDA papier n°198
6.50 €
LMDA PDF n°198
4.00 €