La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La Souplesse des os

novembre 2018 | Le Matricule des Anges n°198 | par Julie Coutu

La Souplesse des os

Chez D.W. Wilson on parle peu. On se confie moins encore. On s’aime, sans le dire. Son univers est masculin, silencieux, âpre, douloureux aussi. Il y a des pères, des fils, qui perdent leurs mots. Des femmes dont le sourire échoue parfois à percer les carapaces. Des amitiés d’adolescences brisées par la vie. Il y a une vraie tendresse chez Wilson, qui livre sans fard ses personnages cabossés, en quête de rédemption, d’une deuxième chance, simplement d’un peu d’oubli ou au contraire d’un moment d’attention. Il y a dans chacune de ses douze nouvelles un sentiment, une émotion qui lui permet d’aller au-delà du simple portrait d’hommes rudes et taiseux.
Et peu importe. Ce qu’ils boivent, ce qu’ils bagarrent, ces ratés dans leurs vies, ces absences. Chez les Crease, on comprend le père, officier de police, qui rêve d’un ailleurs pour son fils. Et ne parvient pas à le lui expliquer. Pourquoi, comment. Il n’y aura pas d’ailleurs. On comprend ces couples qui s’égarent. La faute à pas de chance. À trop de non-dits. Ces gamins qui grandissent sur le tas, pas forcément très droit. Wilson raconte ce coin de Colombie-Britannique, Invermere, dans la Kootenay Valley et il suffit d’aller voir pour comprendre. Les forêts, les montagnes, le lac, l’immensité. On y vit à l’image du paysage, et ce n’est pas rien dire. On meurt chez Wilson, on est blessé, on échoue, on pleure. Et parfois, petit miracle, on se trouve, se retrouve, certains parviennent à prendre ce temps dont ils ont besoin pour simplement s’écouter.
Les personnages se croisent et se recroisent, la ville est petite, la vallée déserte, et ce qui paraît au premier abord un recueil de nouvelles forme en réalité un puzzle composite. Les textes se font écho, on y lit la vie comme elle coule, au fil des rencontres et du temps qui passe. D.W. Wilson portraiture sa vallée avec grâce, et talent. Chacun de ses textes est une petite pépite, un moment suspendu, en un lieu improbable.

Julie Coutu

La Souplesse des os de D.W.Wilson
Traduit de l’anglais (Canada) par Madeleine Nasalik, L’Olivier, 272 pages, 23

Le Matricule des Anges n°198 , novembre 2018.
LMDA papier n°198
6.50 €
LMDA PDF n°198
4.00 €