La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue La Moitié du fourbi N°9 (Vite)

juillet 2019 | Le Matricule des Anges n°205 | par Dominique Aussenac

La Moitié du fourbi N°9 (Vite)

Vivre et mourir vite. Plutôt que vivre et mourir libre ! Tout fluctue, s’accélère. La littérature a-t-elle horreur du vite s’interroge Paul Fournel. « La phrase courte, comme on pourrait instinctivement le penser, n’est pas le secret de la vitesse  ». Et il renvoie aux premiers mots de L’Étranger de Camus sans toutefois donner de réponse. Dans son Esthétique politique du défouraillement, Hughes Robert convoque le western spaghetti, western déviant de la machinerie capitaliste, plus précisément Mon nom est personne. Il voit ainsi en Jack Beauregard et en Personne, les premiers hérauts d’une décélération, des lanceurs d’ « appels au ralentissement ». Philippe de Jonckheere, d’une fenêtre cévenole, en face du mont Lozère, dans un texte en abîme imagine un film de vingt minutes. « Et je suis toujours surpris de la rapidité avec laquelle on peut imaginer de tels récits. Cela se produit vite en un éclair muet. » Il sera aussi question de Tristan Tzara, de la poursuite hypermédiatisée du footballeur américain O.J. Simpson, d’Usain Bolt, d’une conversation avec Alexandre Laumonier sur la microstructure des marchés financiers devenus électroniques et où la vitesse de la fibre optique ne suffit plus aux traders. Toujours très bien documentée, très bien illustrée, La Moitié du fourbi titille allégrement la littérature et bien au-delà.

Dominique Aussenac

La Moitié du fourbi N°9, 114 pages, 14

Le Matricule des Anges n°205 , juillet 2019.
LMDA papier n°205
6.50 €
LMDA PDF n°205
4.00 €