La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Aharon Appelfeld
Une voix d’outre-enfance

juillet 2019 | Le Matricule des Anges n°205 | par Thierry Cecille

Sous son apparente simplicité, l’œuvre d’Aharon Appelfeld tient du labyrinthe : Michèle Tauber nous offre ses fils d’Ariane pour nous orienter.

En France, nous ne connaissons – et ce avant tout grâce à sa traductrice Valérie Zenatti – qu’une partie de l’œuvre d’Aharon Appelfeld. Les très nombreuses nouvelles qu’il écrivit durant la première étape de son parcours, des volumes d’essais et un certain nombre de romans n’ont pas encore été traduits. Michèle Tauber, professeure à Paris 8, spécialiste de l’hébreu et du yiddish, a consacré sa thèse de doctorat, précisément, à ces nouvelles. Elle nous fait entendre la voix d’Aharon Appelfeld dans toutes ses inflexions.

Comment définiriez-vous la position d’Aharaon Appelfeld entre roman et autobiographie ? Qu’en est-il chez lui de cette alchimie difficile ?
En premier lieu Aharon Appelfeld s’est toujours défendu d’écrire une autobiographie qui supposerait une relation des événements tels qu’ils se sont réellement passés. L’écrivain a plus d’une fois déclaré qu’il se refusait à faire une chronique personnelle de ce qu’il a vécu pendant la Seconde Guerre mondiale. Parler de la Shoah ne peut se faire qu’à travers l’Art, affirme-t-il. Appelfeld tente de retranscrire la brûlure laissée par la Shoah en créant des personnages qui ont vécu une expérience similaire à la sienne ou à celle des hommes et des femmes qu’il a croisés pendant la guerre et sur la route de la Palestine. L’essentiel pour lui repose dans les détails qui échappent au regard. À partir des gens qu’il a croisés sur sa route, l’écrivain forge des personnages légèrement décalés, telle Tsili, cette toute jeune fille de 12 ans au début du roman éponyme (1983), qui emprunte plus d’un trait au petit Erwin-Aharon.

Pour quelles raisons refuse-t-il d’être présenté comme un écrivain de la Shoah ?
Je laisserai Aharon Appelfeld répondre lui-même à cette question : « La littérature de la Shoah est liée à une évocation sentimentale des souvenirs de la Shoah, à une chronique des événements faite sur un mode larmoyant. De ce point de vue-là, je ne suis pas un écrivain de la Shoah.  » Et il est vrai que contrairement à des auteurs comme Elie Wiesel ou Primo Levi, Appelfeld ne dépeint jamais le « feu  » de la Shoah, comme il le dit lui-même. Ses personnages sont souvent des rescapés qui doivent se réadapter à un monde qui a perdu son langage d’avant  : la difficulté étant de trouver un langage adéquat à leur condition. D’autres sont des combattants, comme dans Les Partisans (2012) ou Et la fureur ne s’est pas encore tue (2008), mais c’est le combat spirituel qui est au centre du roman et non pas les affrontements entre les Juifs et leurs exterminateurs. Toute une vie (2007), un roman encore inédit en français, qui se situe au cœur de la guerre, relate le parcours initiatique d’une jeune fille, Helga, à la recherche du camp de concentration où sa mère a été déportée. À aucun moment Appelfeld ne pénètre dans le camp, le lecteur n’en a que des échos. Tout le récit se concentre sur l’évolution intérieure d’Helga et les rencontres juives et chrétiennes qui...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°205 - 6.50 €
LMDA PDF n°205 - 4.00 €