La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Aharon Appelfeld
Bris de vie

juillet 2019 | Le Matricule des Anges n°205 | par Thierry Cecille

Comme d’un miroir brisé, d’une mémoire fracassée, le romancier israélien, disparu l’an dernier, ne cesse de rassembler les éclats de vie de celui qu’il fut et demeure grâce à l’écriture : le survivant orphelin.

En 1939, Aharon Appelfeld se prénomme encore Erwin. Il a 7 ans, ses parents font partie de la bourgeoisie juive de Cernauti, puisque tel est le nom, alors, de la vénérable, de la majestueuse Czernowitz d’hier. Cette petite Vienne est en effet, depuis plus d’un siècle, la capitale de la Bucovine. Cette région, grande comme la Gironde, annexée par l’Autriche en 1774, incorporée à la Galicie en 1786, fut une des marches de l’Empire austro-hongrois – mais la Roumanie, se retrouvant en 1919 dans le camp des vainqueurs, s’en est emparée. Erwin, cependant, comme ses parents, et comme nombre de leurs concitoyens, continue à arpenter la Postgasse, à donner des rendez-vous sur la Ringplatz : même si, en classe, la langue roumaine lui est imposée, c’est en allemand qu’il dialogue en famille, c’est en allemand, sans doute, qu’il réfléchit et rêve. En ces confins, peuples et langues se mêlent : à la maison, nourrices et servantes, ukrainiennes, prennent soin de lui en ruthène, quand il se rend, pour les vacances, dans les montagnes proches, chez ses grands-parents, c’est en yiddish que ceux-ci l’accueillent, et, quand il y accompagne son grand-père à la synagogue, ce sont des sons inhabituels, graves et magiques, sacrés, qu’il entend sans les comprendre : l’hébreu. La Bucovine et la Galicie sont en effet, depuis des siècles, le cœur battant du yiddishland : à quelques kilomètres de Czernowitz, Sadagura est un haut lieu du hassidisme, où les pèlerins se pressent auprès d’une lignée de rabbins miraculeux. À Czernowitz se croisent et s’affrontent parfois Juifs pieux et sionistes ou communistes du Bund, la Haskala (ainsi appelle-t-on les Lumières juives) y a depuis longtemps ses partisans : les parents d’Erwin se sont détachés de la foi de leurs ancêtres, c’est à peine s’ils accordent encore quelque importance au shabbat, à la Pâque… La vie intellectuelle est florissante : l’université est une sorte de forteresse de briques rouges, théâtres et cafés bruissent de discussions infinies, les aînés juifs d’Erwin se nomment Paul Celan ou Rose Ausländer – et Gregor von Rezzori y vit une jeunesse qu’il saura ressusciter dans L’Hermine souillée ou… Les Mémoires d’un antisémite.
Depuis quelques années, en effet, la Roumanie est devenue « une immense usine à fabriquer de l’antisémitisme », ainsi que le diagnostique Mihail Sebastian dans son terrible Journal : les nationalistes roumains rêvent, comme les nazis, de se débarrasser de leurs Juifs – et la Garde de fer n’a rien à envier aux voisins nazis. Selon ces légionnaires, il est temps de passer de la tradition des pogroms à une mise à mort bien plus industrielle. La guerre approchant, le chant de ces sirènes exterminatrices a de plus en plus de succès : Mircea Eliade et Emil Cioran, un temps, se laissent charmer. Mais en juin 1940, du fait des clauses secrètes du Pacte germano-soviétique, c’est entre les mains des Rouges que tombe la ville. Certains, qui rêvaient hier du paradis des travailleurs, s’en réjouissent...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°205 - 6.50 €
LMDA PDF n°205 - 4.00 €