La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue De(s)générations N°29 (Hospitalités)

octobre 2019 | Le Matricule des Anges n°207 | par Emmanuel Laugier

De(s)générations N°29 (Hospitalités)

Après « Hospitalités », le trentième numéro de la revue De(s)générations interroge les « Inhospitalités ». Aux logiques de l’ouverture, celles de la fermeture, des exclusions ou ségrégations, ne pouvaient pas ne pas être prises dans le filet de l’analyse, non pour opposer une situation à une autre, mais pour en penser les sutures, les dialectiques internes, les écarts. Comme le rappellent les rédacteurs de ce volume, une « enclosure inhospitalière générale structurerait nos hospitalités, traversant ainsi les différents types d’hospices où l’on se retrouve, lorsqu’impuissant, malade, âge ou démuni, il n’y a plus de “place” pour nous dans le monde ».
Ce rapport, presque contradictoire, révèle combien l’inhospitalité n’a pas à être liée à la crise migratoire, mais d’abord aux lois qui la régissent, en décident des flux jusqu’à surveiller (cf. l’agence Fontex) et punir ceux qui ont fait de la loi de l’hospitalité un impératif catégorique. Cette loi, ici rappelée, que Derrida érigea comme le socle infracassable d’une éthique (appelant à la désobéissance civile contre le « délit d’hospitalité » en 1996), le destin des exilés (que les photogrammes du film de Maria Kourkouta et Niki Giannari ponctuent) nous en rappelle la nécessité. De même que les portraits d’hommes et de femmes (d’origine maghrébine, africaine, indienne), que photographia Paola Salerno au métro Porte de la Chapelle, exposent la familière étrangeté de ces visages.
On retiendra combien le relevé documentaire des voix de migrants (précédé d’observations de leur abandon) de Louise Roux répond à l’entretien avec Fabienne Brugère et Guillaume Le Blanc et de leur livre La Fin de l’hospitalité. Ceux-ci analysent autant la généralisation d’une police des récits (empêchant l’empathie et désignant le migrant comme une catégorie disqualifiée sans singularité) que la façon dont l’expérience de terrain fait travailler des notions comme celles de refuge, séjour, habitation, protection. Enfin, Patrick Boucheron expose avec netteté combien la tâche de l’historien nécessite le détour par les images, véritable indice d’une ouverture d’une autre temporalité dans le continuum du temps calculé.

Emmanuel Laugier

De(s)générations N°30, 96 pages, 12,50

Le Matricule des Anges n°207 , octobre 2019.
LMDA papier n°207 - 6.50 €
LMDA PDF n°207 - 4.00 €