La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Etat stationnaire

octobre 2019 | Le Matricule des Anges n°207 | par Anthony Dufraisse

Pas même quarante pages, et encore dans un petit format, mais c’est là un bijou. Daté de 1985, ce bref récit a été partiellement exploité par Bernard Lamarche-Vadel (1949-2000) dans Vétérinaires, prix Goncourt du premier roman en 1994. Lenteur envoûtante du propos et largeur de vues sont au cœur d’une histoire de flux et de tempo. À quel rythme doit-on vivre ? Sur quelle secrète fréquence ? Vétérinaire malgré lui, le narrateur n’entend pas se conformer aux conventions sociales qui exigent vie trépidante en collectivité et tensions. Au contraire cherche-t-il une forme d’harmonie de soi avec le monde – ce qu’il appelle « l’état stationnaire ». Non pas tant immobilité ou pure passivité devant la vie comme elle va, mais plutôt immersion dans le cours des choses, état méditatif proche du végétatif, conscience de la coexistence contradictoire de l’impermanence de tout et de l’immuabilité de l’existence. « L’état stationnaire ne peut jamais être tout au plus qu’un idéal, ou un sentiment général de la permanence des anecdotes et des accidents eux-mêmes, confondus dans le flux unique du laisser-faire. » Au bord de la Marne, entre deux déplacements auprès d’animaux qui requièrent à peine son aide et sa présence, cet homme laisse naître en lui, donc, une célébration involontaire de l’ordinaire. À travers des pages d’une sensorialité aiguë, où l’espace, la matière et les énergies naturelles nourrissent des « exercices de saveur », Bernard Lamarche-Vadel signe un chant du monde d’une grande délicatesse. Ou tristesse, objecteront certains. S’il n’est pas sûr en effet que cette ode ne soit pas un peu morne, elle suggère en revanche de façon certaine que la lucidité est bien le meilleur de ce que nous avons à offrir au monde. Anthony Dufraisse

L’État stationnaire, de Bernard Lamarche-Vadel
Éditions Unes, 41 pages, 12

Le Matricule des Anges n°207 , octobre 2019.
LMDA papier n°207 - 6.50 €
LMDA PDF n°207 - 4.00 €