La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Vincent Message
Au cœur de Cora

novembre 2019 | Le Matricule des Anges n°208 | par Thierry Guichard

Dans un roman époustouflant de précision où la langue épouse la complexité du monde, Vincent Message fait l’autopsie de notre temps et démonte les mécanismes du capitalisme moderne. Saisissant de vérité.

Nous voici en plein mythe d’Orphée. Mathias, le narrateur du troisième roman de Vincent Message, a fait des études de journalisme attiré par « ce dialogue de fantômes qui se regardent à travers les années, qui sont plus ou moins pâles, qui aimeraient tous, on imagine, retrouver des couleurs, mais qui en attendant qu’on vienne redessiner leurs formes, faire entendre la voix qu’ils avaient, les prendre pour sujets involontaires de ces tentatives de résurrection qui ne marchent jamais vraiment, se tiennent là, en grande foule, un peu raides et un peu empruntés, flottant dans la spirale du temps, se tiennent là et se taisent. » Désireux de redonner voix et vie à quelques-uns de ces fantômes du passé, Mathias s’est lancé dans une enquête sur un drame qui eut lieu en juin 2012, quelques années avant sa naissance. Son support, et cela réjouit, n’est ni la télé, ni la radio, internet ou un journal : c’est un livre qu’il écrit, celui-là même qu’on lit. Un livre d’enquêtes fouillées comme on n’en voit plus, étayées de témoignages, de reconstitutions mais aussi d’une nécessaire imagination pour combler les zones d’ombre, l’absence de témoins ou de traces. Mathias s’attache à suivre Cora, jeune maman parisienne qui lorsque le livre commence, revient d’un congé maternité retrouver son poste au siège de la compagnie d’assurances Borélia. Dès la première page, elle est dans le métro, sous terre donc, et on va la suivre de très près durant sa longue descente aux enfers.
Nous voici en plein roman populaire. Mathias, et Vincent Message qui met en place le théâtre d’ombres, annoncent qu’un drame va avoir lieu qu’immanquablement le lecteur se met à imaginer. L’effet d’annonce, renouvelé plusieurs fois, introduit un suspens, une attente et débride l’imagination. Dans l’hyperréalisme du roman, le lecteur imagine tous les scénarios possibles, établit toutes les hypothèses et ne découvrira qu’à la page 393 qu’il n’avait pas pensé à ça. Ou il ne découvrira rien : abasourdi comme s’il avait été changé en statue de sel, il déglutira, s’arrêtera de respirer, pris au piège émotionnel d’une fiction qui aura rendu palpable la violence invisible du réel.
Nous voici dans un roman historique. Où c’est notre présent qui est étudié, autopsié, décrypté. Une histoire récente pour nous qui formons l’armée de fantômes qu’évoquait Mathias. Une histoire du capitalisme au XXIe siècle : comment celui-ci transforme les sociétés familiales (ce qu’était « Les Prévoyants » avant de devenir Borélia) en broyeuses de vie. Comment la production est supplantée par le marketing, la communication. Comment les ressources humaines finissent par oublier le sens même du mot humain. L’historien n’est pas, ici, un idéologue. Sa façon de décrire de l’intérieur la société où travaille Cora n’est pas guidée par des a priori : pas de gros traits rageurs, pas de caricature, mais tout l’inverse. Si Dieu gît dans les détails, la vérité aussi et Cora dans la spirale impressionne par le soin apporté...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°208
6.50 €
LMDA PDF n°208
4.00 €