La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Raimondo 007

février 2020 | Le Matricule des Anges n°210 | par Franck Mannoni

Un prince sicilien, des espions, une aventurière britannique : Ottavia Casagrande livre un essai fiction enlevé sur son grand-père agent secret.

Après avoir fait paraître en Italie une biographie sur Raimondo Lanza di Trabia, son papy dandy, écrite en collaboration avec sa mère Raimonda Lanza di Trabia, Ottavia Casagrande aborde sous un nouvel angle et en solo cette fois quelques mois rocambolesques de la vie de son aïeul. En 1939, cet aristocrate qui mène une vie mondaine et dissolue fait partie du cercle intime de Galeazzo Ciano, ministre des Affaires étrangères de Mussolini et gendre du Duce. Au cœur des intrigues diplomatiques, Lanza remplit des missions officieuses pour le compte du potentat. Ce dernier voudrait retarder le plus possible l’entrée en guerre de l’Italie et se défaire de l’encombrant allié allemand. Contre toute attente, Lanza se prend d’affection pour une espionne britannique qui vient d’arriver en Sicile, Cora. A ses côtés, il joue un jeu compliqué, où ses ennemis comme ses prétendus amis risquent bien de l’éliminer.
Les épisodes improbables se succèdent comme dans les romans de Ian Fleming. Les messages secrets s’écrivent à l’encre sympathique, les enveloppes sont décollées à la vapeur dans les bureaux mobiles des services secrets, les microfilms, petite révolution technologique, font leur apparition. Le cocasse, voire le grotesque, ne sont jamais loin. Cora évite ainsi son arrestation en se déguisant en bonne sœur. Une course-poursuite en voiture se termine par une charrette de tomates renversée : le poursuivant en est maculé. Les titres des chapitres eux-mêmes rappellent ceux de Gaston Leroux et son Rouletabille : « Echec et Mat », « La fameuse botte secrète ».
Pour autant, cette facette du récit ne doit pas faire oublier son aspect documentaire et le long travail de recherche qui a été mené par l’auteure. Le Haut-Adige apparaît noyauté par des sympathisants nazis qui ne seraient pas contre une annexion. Le sentiment des Italiens, en partie désabusés en ces années 1939-40, est finement décrit. L’antifascisme de la noblesse terrienne, qui s’oppose aux réformes agraires du dictateur, rend compte d’une situation sociale complexe. Engagé volontaire pour soutenir Franco pendant la guerre d’Espagne, Raimondo lui-même finit par évoluer et changer d’opinion : « Finis les rêves de gloire du fascisme, son charme pervers, sa volonté de puissance. Le roi était nu, désormais, et pour toujours ». Des inserts fort à propos d’Ottavia Casagrande contextualisent ces aventures. Les protagonistes majeurs sont mis en perspective, comme Santo Emanuele, chef du contre-espionnage fasciste : « Alberto Moravia s’en est inspiré pour le personnage de Marcello dans Le Conformiste ».
Cette alliance de genres littéraires (l’essai, le roman, le feuilleton) montre une véritable maîtrise de l’écrivaine qui jongle avec des thématiques universitaires tout en les décrivant de manière divertissante. Elle utilise le comique comme une arme contre le régime totalitaire et tourne en ridicule le barnum cérémoniel de Mussolini. Ce faisant, elle aborde son travail de création comme le ferait son sujet, maître dans l’art de « mêler réalité et fiction en construisant un labyrinthe de miroirs ».

Franck Mannoni

L’Espion inattendu, d’Ottavia Casagrande
Traduit de l’italien par Marianne
Faurobert, Liana Levi, 264 pages, 19

Raimondo 007 Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°210 , février 2020.
LMDA papier n°210 - 6.50 €
LMDA PDF n°210 - 4.00 €