La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Un acteur vampirisé

février 2020 | Le Matricule des Anges n°210 | par Guillaume Contré

Bela Lugosi : biographie d’une métamorphose

Comment le comédien Béla Blaskó, né à la fin du XIXe siècle dans ce qui était encore l’Autriche-Hongrie, est-il devenu Bela Lugosi, acteur américain incarnant mieux que personne une certaine idée de l’épouvante ? Ou mieux encore : comment en vint-il non seulement à jouer le comte Dracula au cinéma, mais à être celui-ci jusqu’au bout de ses ongles longs ? Voilà la question que s’est posée Edgardo Franzosini dans cette « biographie d’une métamorphose ». Son point de départ est en réalité un point final, celui des dernières paroles de Lugosi au moment de s’éteindre, le 16 juin 1956 : « Je suis le comte Dracula, je suis le roi des vampires, je suis immortel ». Des propos certes extravagants, évoquant une identification quasi maladive de l’acteur à son personnage. Pour autant, quiconque aura vu le film de Tod Browning ne pourra qu’acquiescer : Lugosi était né pour ce rôle, « son personnage fatal », et n’en aura jamais d’autre aussi flamboyant. C’est dans ces habits-là, d’abord testés sur les planches, que donnera toute sa mesure ce que Franzosini nomme « le potentiel tyrannique de séduction » que l’acteur « se trouve exercer à son insu ». D’une certaine manière, l’immortalité qu’il revendiquera au seuil de la mort était annoncée dès l’instant où sa silhouette imposante endossa sur pellicule la cape du vampire (une cape et un frac, car Lugosi modifia durablement l’image de Dracula). C’est ainsi, du moins, que le formulera – « une sorte de prémonition de mauvais augure » – un journaliste à la sortie du film (des propos sur lesquels notre Italien s’empresse de faire main basse) : « L’interprétation de Lugosi est au point non seulement de lui valoir la célébrité, mais aussi l’immortalité ! » Le sort en est jeté : Lugosi sera condamné à vivre dans une « maison ensorcelée » pleine de toiles d’araignées et de chauve-souris. Le voilà piégé et c’est l’histoire fascinante de ce piège que nous conte avec intelligence et humour Franzosini.

Guillaume Contré

Bela Lugosi, biographie d’une métamorphose, d’Edgardo Franzosini
Traduit de l’italien par Thierry Gillybœuf,
La Baconnière, 132 p., 14

Un acteur vampirisé Par Guillaume Contré
Le Matricule des Anges n°210 , février 2020.
LMDA papier n°210
6.50 €
LMDA PDF n°210
4.00 €