La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Vagabondages de Lajos Kassak

mars 2020 | Le Matricule des Anges n°211 | par Éric Dussert

Il y a quelques mois paraissait aux éditions Allary 82 Rêves pendant la guerre 1939-1945 du critique d’avant-garde hongrois Emil Szittya, un roman magnifique présenté par Emmanuel Carrère qui relatait l’épisode de trimard de son auteur et d’un proche ami à travers l’Europe. Cet ami se nommait Lajos Kassak (1887-1967), future personnalité culturelle de son pays lui aussi, et la traduction française du récit de ses Vagabondages avec Szittya publiés en 1927 revoit le jour.
Ce road-récit dépeigné prend naissance lorsqu’un beau jour deux jeunes hommes quittent leur vie pour traverser le continent, sans autre but que de changer d’horizon. Idéalement pour rejoindre Paris ? Pas sûr : le début de leur périple consiste essentiellement à quitter Pest. « Nous parcourions les grand-routes poudreuses, et nous rêvions art. Des souvenirs de nos lectures vivaient en nous, et notre foi en l’avenir était intacte. Nous décidâmes de prendre des notes sur ce que nous voyions de neuf et de beau en cours de route (…) puis nous jetâmes le tout. » Sans un frifelin, avec leur seule énergie pour viatique, ils se couchent où ils peuvent, souvent avec les indigents en salle d’asile, et se lèvent néanmoins avec l’énergie « de chevaux prêts pour la course ». Ils en veulent, même si les moments de dèche leur font naître « des instincts de voleur ». Sur le trimard, il faut en passer par les arnaques sournoises et les trucs les moins ragoûtants. La route rend cynique. «  Je suis épouvantablement déguenillé, dis-je à Szittya. Je n’ai plus ni vêtements de dessus, ni linges de dessous. Quand je me penche, on voit ma chair nue. (…) Il revint, haletant, avec une nippe. Je l’enfilai, et comme le pantalon que j’avais déjà sur moi et celui qu’il m’avait ramené n’étaient pas déchirés aux mêmes endroits, mis l’un sur l’autre ils me couvraient convenablement »
En 1977, la Hongrie voyait paraître l’œuvre poétique complète de Lajos Kassak, qui ne cessa d’aller et venir durant, prit le jeune Robert Capa sous son aile et revendiqua sa qualité d’artiste prolétaire, remuant jusqu’au bout.
Éric Dussert

Traduit par Roger Richard, Séguier,
246 pages, 19

Vagabondages de Lajos Kassak Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°211 , mars 2020.
LMDA papier n°211
6.50 €
LMDA PDF n°211
2.00 €