La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Où vont les vents sauvages

mai 2020 | Le Matricule des Anges n°212-213 | par Virginie Mailles Viard

Où vont les vents sauvages

Tel Jan de Bont traquant les tornades en plein Midwest dans Twister, Nick Hunt poursuit les vents sauvages de la chaîne montagneuse des Pennines en Angleterre jusqu’en Provence. Mais ici pas de Jeep  : à pieds, de montagne en plaine, souvent affamé, sous la pluie ou le soleil, le voyageur met son corps et son âme à l’épreuve d’un périple hors normes. Helm, bora, foehn ou mistral peuvent surgir d’un coup, et c’est souvent le narrateur lui-même qui est débusqué, soumis à la modification radicale du « son du paysage ». Sous les pas de Hunt, les vents deviennent tangibles, comme lors de sa rencontre avec la bora, « l’enfant terrible de l’Adriatique », cette « chose énorme qui flottait dans l’air. Les murs savaient qu’elle avançait ». Les vents exigent d’être éprouvés pour être racontés. Comme William Turner qui « demanda à être ligoté au pont du vapeur » pour peindre Tempête de neige, Hunt cherche le contact avec les vents qui coulent les navires, arrachent les toits comme les ponts, provoquent dépressions et suicides. Les vents ont deux faces témoigne Hunt, une positive et une négative. Quand le foehn souffle « les animaux sont agités, (…) les enfants incontrôlables », mais… que serait la Suisse si Guillaume Tell n’avait su naviguer avec le foehn ? Que serait la plaine aride de Crau sans le mistral ? Celui qui fait vibrer les toiles de Van Gogh, et le rend fou à force de décrocher ses chevalets. L’autre force du récit, c’est une curiosité insatiable pour les territoires, une immersion dans les paysages autant que dans l’Histoire. C’est qu’à l’aune des vents mauvais se lisent les guerres, le racisme quotidien – les populations soumises aux vents chauds du Sud seraient « condamnées à la sauvagerie »
Les vents ont inscrit leur empreinte dans la mythologie, creusé les paysages, bouleversé l’esprit des hommes. Hunt en connaîtra les effets dévastateurs. Ainsi, pris au piège des vents, le récit devient une expérience vivante, et sa marche instable nous permet de sentir vraiment dans notre dos sa main et de l’entendre « hurler son vide à nos oreilles ».

Virginie Mailles Viard

Où vont les vents sauvages, de Nick Hunt
Traduit de l’anglais par Alexandra Maillard
Éditions Hoëbeke, « Étonnants voyageurs », 268 pages, 20

Le Matricule des Anges n°212-213 , mai 2020.
LMDA papier n°212-213
6.50 €
LMDA PDF n°212-213
2.00 €