La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Gabrielle Wittkop
Wittkop et le roman gothique

novembre 2020 | Le Matricule des Anges n°218

L’universitaire Elizabeth Durot-Boucé, dix-huitiémiste, est spécialiste du roman gothique et d’Horace Walpole. L’occasion de savoir si Gabrielle Wittkop, cette « enfant des Lumières », qui se déclarait « arrière-petite-fille de Sade », est bien une héritière du roman noir.

Vous êtes une spécialiste des Lumières. Que vous inspire la littérature de Gabrielle Wittkop ?
Si l’on s’en tient à la définition des Lumières comme triomphe de la raison, Gabrielle Wittkop s’inscrit en « usages de » faux car tout chez elle dérange. Mais le XVIIIe siècle est une époque oxymoronique : époque de démesure, le Siècle des lumières est aussi celui de l’illuminisme, du libertinage, du renouveau gothique et de la naissance du roman noir. Le roman gothique est l’indice d’une soif de transgression et d’un désir d’affranchissement. C’est une contre-culture subversive, artistiquement, politiquement. De même, refusant l’ordre établi et la morale, le libertinage – position d’indépendance vis-à-vis de toute sujétion – fait montre d’insubordination contre l’« extrêmement bonne compagnie ». Ces deux genres font entendre une seule voix, écho de la révolte des opprimés et des minorités, véhiculant un message d’espoir, de tolérance, de respect de la nature humaine dans sa diversité. En ce sens, Wittkop s’inscrirait, pour moi, dans le courant transgressif et « excessif » du roman gothique et du roman libertin tel que porté au paroxysme par Sade.

« Donatien », avec lequel elle partage une affection pour l’outrance…
Tout chez elle rappelle son siècle préféré, Sade et Walpole : écriture ténébreuse et fulgurante ; mélange de raffinement et de cruauté ; préciosité et précision ; dynamisme et lenteur ; entre-deux. Chez les trois l’irrégularité me semble le trait dominant et donne une amorce d’explication à leur goût pour le « dé-lire ». L’intrigue emprunte des détours pour dérouter le lecteur et l’obscurité du décor trouve un écho dans les méandres de l’écriture nocturne et dissimulatrice (enchevêtrement des récits, accumulation de subordonnées et de superlatifs, choix d’un lexique typiquement gothique, emprunté aux poètes des cimetières, à Shakespeare et à Burke, hésitations de la focalisation). Tout dénonce une société étouffante. Alambiqué, contourné, sans rien de régulier ou de droit, le gothique est queer. Cette esthétique de l’irrégularité et de l’entre-deux est présente chez Wittkop dont les thématiques (Éros et Thanatos, identité de genre, étrangeté, macabre et hybridité) et le style (labyrinthique, précieux) l’apparentent bien au gothique et au roman sadien. Si son refus du conformisme la rapproche du gothique, tout comme l’ambiguïté genrée quasi hermaphrodite, la virtuosité raffinée de son écriture la situe dans la lignée de Sade. Mais, à la différence de la visée contestataire de ces deux esthétiques, il n’y a pas de dénonciation d’une société aliénante chez Wittkop. Je ne suis pas sûre que la fiction wittkopienne soit une littérature...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°218
6.50 €
LMDA PDF n°218
4.00 €