La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’Étrange tournant, de Ludwig Hohl

janvier 2021 | Le Matricule des Anges n°219

Le Tournant étrange

Déchéance et mort d’un peintre alcoolique. Voilà pour l’histoire. Mais d’abord il y a la couverture, un dessin de Frédéric Pajak, noir et blanc – noir surtout – comme une évidence. L’auteur du Manifeste incertain a trop fait pour nommer les membres de sa tribu pour qu’on ne sache d’avance que Ludwig Hohl y a toute sa place, parmi les suicidaires et les mélancoliques passants de l’existence. Car s’il ne fut lui-même ni peintre ni suicidé, Ludwig Hohl (1904-1980) connut assez bien cette bohème montparno dont il fait le cadre de sa descente aux enfers pour que ce récit d’un naufrage puisse être lu comme un autoportrait, au moins comme un exercice d’empathie d’une exceptionnelle acuité. Le mot pourrait sembler déplacé, s’agissant de traduire un état d’ébriété permanent, un brouillard où dominerait le flou des perceptions. C’est pourtant celui qui convient, y compris dans les blancs, nombreux, d’un roman jamais terminé, que son auteur ne cessa jamais de retoucher, jusqu’à sabrer des passages entiers, ici restitués par de simples […]. Ces lacunes n’enlèvent rien à la précision quasi géométrique de la trajectoire d’un homme qui, d’avance, sait qu’ « il n’y avait rien qui pût l’empêcher de tout perdre ». Éludant tout décor et tout pittoresque facile, et même tout naturalisme prompt à chercher des causes, le récit se concentre sur la seule chute, dont les étapes (un réveil sans chemise, un passage à tabac, l’argent, surtout, vite réduit aux « petits francs » d’un marchand d’art) ont l’urgence et le tranchant d’instantanés pris au flash, au fil d’une écriture rapide, et dont la sécheresse même objective encore le terrible inassouvissement de l’ivrogne, ce manque « qui fait trembler et saisit l’être entier, jusque dans les derniers nerfs des phalanges ». Ces abîmes, comment imaginer que l’auteur ne les ait lui-même côtoyés, qui connut la misère et l’errance et dont le seul livre achevé fut précisément le récit d’une ascension, comme on se sort d’un gouffre.

Yann Fastier

L’Étrange tournant
Ludwig Hohl
Traduit de l’allemand (Suisse) et présenté par Antonin Moeri,
Le Nouvel Attila (Othello), 127 p., 15

L’Étrange tournant, de Ludwig Hohl
Le Matricule des Anges n°219 , janvier 2021.
LMDA papier n°219
6.50 €
LMDA PDF n°219
4.00 €