La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Dans les arcanes d’un regard

février 2021 | Le Matricule des Anges n°220 | par Richard Blin

Un essai pour montrer comment André Pieyre de Mandiargues a renouvelé ce qu’il appelait « la vieille entreprise de raconter », et combien son œuvre résonne avec les formes artistiques contemporaines.

Chasseur de l’étrange, réaliste de l’imaginaire, Mandiargues le Magnifique (1909-1991) est l’auteur d’une œuvre inclassable et d’une étonnante liberté. Poète, conteur, romancier, « voyeur d’art » comme il aimait à le dire de lui-même, il occupe une place singulière tant son écriture explore, avec une acuité esthétique et poétique des plus rares, le langage. Une modernité et une contemporanéité qu’Alexandre Castant et Iwona Tokarska-Castant ont choisi de mettre en lumière dans Visions de Mandiargues.
Autodidacte passionné, lecteur érudit doté d’une insatiable curiosité, Mandiargues fusionne de multiples influences pour les sublimer dans des œuvres parfaitement originales. Du surréalisme, il se réapproprie les conceptions du rêve, de l’étrange et du merveilleux et l’adapte à son univers d’images, de mots et d’imaginaire. Persuadé que tout est théâtre, que nous sommes à la fois les acteurs et les spectateurs de notre propre existence, il organise ses récits comme un véritable spectacle. Du baroquisme il retient l’excès, l’outrance, le paroxysme, l’ostentation, la façon dont des formes contraires se conjuguent. Il aime ce monde d’apparences où tout n’est que voir, théâtre, miroir dédoublant la réalité, la révélant, la construisant dans les reflets et l’illusion. Le baroque mandiarguien, ce trompe-l’œil qu’il impose au lecteur, entre plastiquement en résonance avec des œuvres contemporaines qui « théâtralisent l’espace mental du rêve, jouent de la spécularité narrative des miroirs, bouleversent le haut et le bas, l’envers et l’endroit, l’intérieur et l’extérieur dans une démesure, aussi, des corps, de la chair, des organes, du sang, des humeurs ».
L’image, entendue dans sa dimension artistique et plastique comme dans son acception rhétorique et stylistique, irrigue son écriture. Voir, regarder, observer, devient une technique narrative. Sans cesse Mandiargues est en quête de « passages » entre le mot et l’image, le signe pictural et le signe poétique. Il détourne, perturbe des peintures de l’École métaphysique italienne (Filippo De Pisis, Giorgio de Chirico) ou de Max Ernst tout autant qu’il accorde un rôle déterminant à la photographie. Lié d’amitié dès l’adolescence avec Henri Cartier-Bresson – qu’il appelait « Le Grand Révélateur » –, il a pu découvrir avec lui le caractère énigmatique du réel et de l’image. « L’œuvre fictionnelle de Mandiargues, indépendamment de sa visualité, est aussi conceptuellement photographique ». Elle inventorie le réel, met en œuvre une poétique du visible et du lisible qui peut vite devenir « celle du regardable et de l’irregardable ». Cette érotique des arts visuels trouve son apothéose dans ses écrits sur l’art – regroupés dans les cinq volumes des Belvédère –, et un champ d’expérimentation dans le genre érotique qu’il détourne et rend irréductible aux stéréotypes. C’est l’imagerie mentale (souvenirs, songes, rêveries, visions intérieures, images traumatiques) qui devient le moteur d’une écriture qui sollicite directement l’imaginaire du lecteur, qui peut l’adapter à son propre cinéma mental.
Par-delà toutes ces relations transesthétiques entre l’image et le mot, l’écrit mandiarguien s’ouvre sur d’autres textes, s’écrit comme dans la marge d’autres textes. Saturé d’hypertextualité, il relève de la tradition postmoderne des citations, des échos et des clins d’œil. C’est que « la vérité » n’est pas son enjeu, qui serait plutôt celui d’un jeu avec la littérature, passant par les miroitements d’une langue en perpétuelle représentation.

Richard Blin

Visions de Mandiargues
Alexandre Castant et Iwona Tokarska-Castant
Filigranes éditions, 192 pages, 25

Dans les arcanes d’un regard Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°220 , février 2021.
LMDA PDF n°220
4,00 €