La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Une chose menant à une autre

février 2021 | Le Matricule des Anges n°220 | par Éric Dussert

Une chose menant à une autre

Joy Setton est une voyageuse, une poète ainsi qu’une essayiste, et elle n’a pas sa langue dans sa poche. Dès les premiers paragraphes d’Une chose menant à une autre, où elle réinvestit le genre de la promenade philosophique, elle en balance des nettes, et sans bavure. Occupée à désosser la pensée d’Alain Robbe-Grillet, ce qui reste une drôle d’idée, elle lance « Je ne peux même pas finir un livre de Claude Simon, ou de celui qui a écrit un roman entier sans la lettre e.  » De quoi être éjecté de certaines librairies parisiennes… Mais Joy Setton n’en a sûrement pas cure. Et puisqu’elle entame sa série de conférences ambulantes dans le métro, on peut décemment considérer que cela en fait une sorte de Zazie savante capable de causer de causalité et de relativité, de vérité et de ouatères, du traitement de l’eau et de L’Origine du monde, un patchwork d’idées empruntées à Démocrite, Leibniz, Descartes, Arendt et consorts, qu’elle égrène entre le jardin des Tuileries et le dîner mondain qui clôt sa journée. Questionnant le savoir, le pourquoi, le comment, Joy Setton virevolte, donne la réplique aux philosophes et s’amuse, abordant au passage la question de l’alanguissement post-coïtal comparé à la grasse matinée – et pourquoi pas ? –, tout en piochant un paradoxe de Stendhal entre deux tranches de symétrie, un peu de métallurgie des Egyptiens, de la pourriture selon Baudelaire, etc. En somme, Joy Setton a compilé là autant de sujets qui pourront lui fournir des conférences à venir, puisqu’il faudra bien que cesse ce fichu confinement. Prévoyante, n’est-il pas ? Dans son ultime chapitre, « L’esprit de l’escalier », Joy Setton ajoute une précision : « Il y a toujours eu de nombreuses options, c’est pourquoi savoir quoi faire a toujours été difficile ; aussi difficile que de savoir s’arrêter au savoir suffisant. » Vous comprendrez que « pour aller plus loin », comme l’on dit désormais, il vous suffira de suivre les références ci-dessous.

Éric Dussert

Une chose menant à une autre
Joy Setton
La Baconnière, 190 pages, 18

Le Matricule des Anges n°220 , février 2021.
LMDA PDF n°220
4,00 €