La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Arts et lettres Autoportraits dans l’atelier

février 2021 | Le Matricule des Anges n°220 | par Emmanuel Laugier

Quatre ans après sa mort, deux livres de John Berger, splendides par leur exigence et leur écriture, confirment que, depuis Lascaux, les morts ne nous abandonnent pas, mais qu’« ils se cachent ailleurs ». A nous de tendre l’oreille.

Portraits, John Berger à vol d’oiseau

Fidèle au rendez-vous

L’immense écrivain John Berger n’appartenait sans doute à aucun territoire. Ou, peut-être, savait-il qu’habiter, depuis même Quincy (Haute-Savoie) où il s’installe au mitan des années 70, indique d’abord une façon de savoir regarder ce qui se passe aux marges, là où les murs se plantent et dévisagent, en l’écartant, celui qui n’a rien à faire là. Habiter, pour Berger, devenu tôt marxiste (hétérodoxe), ce fut peut-être ne jamais oublier que la dialectique de la lutte de classe frappe à sa propre porte. Cette fidélité tenace, pugnace, à laquelle il ne cessa de revenir pour la redéployer dans le passage du temps, comme une lutte intempestive capable de trouer l’aujourd’hui, toute son œuvre la questionne, y compris toute celle faite de cette matière écrite sur les œuvres d’art, les peintres pour beaucoup, mais aussi les photographes (son amitié avec nombre d’entre eux, l’artiste Joan Muñoz trop tôt disparu, l’œil de Jean Mohr avec qui il sillonne l’Angleterre pour écrire et saisir les images d’un médecin de campagne – Un métier idéal, 2009) et bien d’autres. Tous ces spectres mentaux dont se couvrent les toiles, le papier, les murs, les négatifs argentiques, Berger leur demandera ce qu’ils signifient en leurs images, ouvertes, obsédantes, taciturnes, insomniaques, dans «  une culture où les plus démunis n’ont plus de visages ? ». Ce ne sera pas sa seule question, mais le poinçon central qui reviendra découdre le savoir-faire de l’écrivain, pour crever l’esthète qu’il ne fut jamais, et donner à voir le voir (About Looking, 1972), pour tous et à tous comme il le fit pour la BBC dans les années 70, et tout au long de sa vie. En témoignent notamment cet objet magique que sont les Portraits, John Berger à vol d’oiseau, ainsi que la réédition de Fidèle au rendez-vous, saisissant recueil de vingt-cinq articles (sur les mineurs de Knud Stampe, les nus de Renoir, un ours saisi par Mohr, une carte postale, sa mère, etc.) dont celui titré « Un tas de merde » – on ne résiste pas à en citer la première ligne : « Dans un de ses livres, Milan Kundera rejette l’idée de Dieu parce qu’il ne conçoit pas un Dieu qui ait pu créer une vie où chier serait une nécessité.  »
Outre sa naissance dans le borough londonien de Hackney en 1926, il faut rappeler quelques-unes des traces persistantes qui ont jalonné la trajectoire de John Berger, tant tout s’entremêle dans cette ellipse formée depuis le vieux royaume britannique jusqu’aux territoires ruraux de la Haute-Savoie, lesquels nourriront les trois volumes écrits à partir de l’expérience partagée du monde paysan. Sur cette zone délaissée, quasi abandonnée, à l’exception des gestes de ceux qui ne la quittèrent pas, John Berger écrit, dans l’épilogue de La Cocadrille (deuxième volume de la trilogie, 1996)  : « Le mot crédit, au lieu de se référer à une réalisation passée, ne se réfère dans la métaphysique du capital qu’à une perspective future. Comment cette métaphysique est-elle parvenue à donner forme à un système...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°220
4,00 €