La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Textes & images Noir de plomb

février 2021 | Le Matricule des Anges n°220 | par Éric Dussert

Le Trait, le taillis, les aguets. Louis Pons, le dessin de 1947 à 1970

Disparu le 12 janvier dernier, Louis Pons était l’un des grands dessinateurs de notre temps. Le hasard veut qu’une monographie de Frédéric Valabrègue, Le Trait, le taillis, les aguets. Louis Pons, le dessin de 1947 à 1970 paraisse, rendant ainsi hommage à ce créateur dont les objets composites comme les dessins à la troublante obscurité ont marqué le dernier demi-siècle graphique. Né à Marseille en 1927, Louis Pons a grandi pendant la guerre dans cette « Provence noire », pays bien réel qui ne correspond pas au fantasme d’un Sud rayonnant. Il en est resté « l’homme de l’alcôve et de l’ombre, jamais de la rue », laquelle était aussi obscurcie par les fumées puantes des savonneries. Ses noirs en ont pris une profondeur fascinante.
À travers un essai vif et net, la richesse de son œuvre et les caractéristiques de sa vie sont évoquées. On en apprend sur ses caricatures, son sens de l’érotisme, de la parade ou sur les « Drolatiques comédiens du dérisoire ». Au passage, on capte la part de poésie qui a fait l’homme Pons, en particulier par ses rencontres avec Joë Bousquet ou Gérald Neveu. Son propre talent de plume se révélant avec son livre Le Dessin (Robert Morel, 1968) où s’exprimait déjà ce maître de l’aphorisme : « La même position pour dormir et pour dessiner, en chien de fusil. Repli fœtal. La nuit sur le côté, le jour sur le cul, un cul de plomb malheureusement. »

Éric Dussert

Le Trait, le taillis, les aguets.
Louis Pons, le dessin de 1947 à 1970

Frédéric Valabrègue
L’Atelier contemporain, 144 pages, 25

Noir de plomb Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°220 , février 2021.
LMDA PDF n°220
4,00 €