La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les Abeilles d’hiver, de Norbert Scheuer

mars 2021 | Le Matricule des Anges n°221

Les Abeilles d’hiver

Le journal d’Egidius Arimond, professeur d’histoire et de latin, s’ouvre le 3 janvier 1944. Dans la ville minière de Kall, à la frontière de l’Allemagne et de la Belgique, Egidius tente de survivre. Gravement épileptique, il n’est pas enrôlé, alors que vieillards et enfants partent faire la guerre. S’il n’a pas été exécuté, et seulement stérilisé conformément à la loi nazie sur la prévention des maladies héréditaires, il le doit à son frère, aviateur et « héros du national-socialisme ». Comment payer ses médicaments, lui qui n’a pas le droit de travailler, alors que cette maladie lui détruit le cerveau ? Egidius Arimond est aussi apiculteur, et ses ruches sont disposées à un endroit stratégique, à la frontière… Il monnaye le passage des juifs, qu’il cache dans ses ruches. Mais les combats s’intensifient, la ville est détruite, les habitants pris entre les bombardements aériens des alliés et l’armée allemande. Au milieu de l’horreur et du chaos, Elgidius narre le quotidien des abeilles, la traduction d’un ouvrage en latin du moine Ambrosius, ses visites clandestines à ses maîtresses. Et l’on est pris dans cette poésie bourdonnante, cet hymne à la nature sans fioritures. Il traduit leurs murmures, ce chœur qui « ressemble à une mélodie qui ondoie uniformément, sous l’effet de leurs petites ailes délicates ». Et la guerre semble lointaine, si ce n’était cette petite fille juive sauvée par les abeilles, si ce n’était Sanny qui frénétiquement tricote des pulls pour Vallentin, « lorsqu’il reviendra de la guerre, il aura des pulls pour la vie ». Presque, à l’écoute des ruchers, à la vue des « petits corps qui brillent au soleil », on oublierait la tragédie qui se resserre autour d’Elgidius. Récit éclatant, par sa clarté et sa simplicité, où s’affrontent les abeilles pacifiques et la guerre, Les Abeilles d’hiver est une belle occasion de découvrir Norbert Scheuer, pour la première fois traduit en français.

Virginie Mailles Viard

Les Abeilles d’hiver
Norbert Scheuer
Traduit de l’allemand par Marie-Claude Auger
Actes Sud, 357 pages, 22,50

Les Abeilles d’hiver, de Norbert Scheuer
Le Matricule des Anges n°221 , mars 2021.
LMDA papier n°221
6.50 €
LMDA PDF n°221
4.00 €