La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Moscoumoune

mars 2021 | Le Matricule des Anges n°221 | par Yann Fastier

Réédition d’une satire subtile et mordante de la société soviétique par un dissident de la première heure, dont l’œuvre reste à redécouvrir.

Guéri de son bégaiement par une bonne fée venue à son secours, le petit Andreï, 5 ans, reçoit en outre une « langue bien pendue, déliée, parallèle ». Hélas, il le paye d’une vie sans amour et d’une réputation non usurpée de porte-poisse. Quand il ne le dégoûte pas purement et simplement, il porte malheur à quiconque s’intéresse à lui. C’est ainsi que, malgré ses bonnes dispositions à leur égard, il finit par avoir la peau de ses cinq demi-frères aînés, beaux et brillants apparatchiks d’une société soviétique dont, l’âge venant, il devient l’invisible paria. Seule une nouvelle rencontre avec Dora, sa bonne fée, lui rendra l’espoir d’en finir avec la malédiction et de connaître, enfin, le nom de son père, qu’il devine être la source de tous ses malheurs.
Écrit sous l’œil goguenard de Mikhaïl Boulgakov et animé d’une petite flamme tout hoffmannienne, André-la-Poisse relève de la plus fine fleur dissidente de la littérature soviétique, dont le professeur Andreï Siniavski (1925-1997) fit à son corps défendant figure de premier porte-drapeau. Expulsé d’URSS en 1971, après six ans de goulag, c’est en France qu’il trouve refuge et publie, en 1981, ce roman court à l’autodérision mordante. L’oubli gagne cependant les meilleurs et ce n’est qu’à la faveur d’un livre de son fils, Iegor Gran (Les Services compétents, chez P.O.L, qui raconte la traque de l’écrivain par le KGB), que l’on redécouvre aujourd’hui l’œuvre de Siniavski, inexplicablement épuisée quand Soljenitsyne, lui, court toujours.
Cet André-la-Poisse nous rappelle pourtant, et en 150 pages à peine, tout ce qu’un roman russe peut contenir de souriant désespoir quand il s’agit d’allier la profondeur à la satire. Car ici la charge n’est jamais frontale : nul plus que ce pauvre André n’est désireux de s’intégrer. Ami des chiens, il ne cesse en réalité de faire fête à une société qui le renvoie à coups de pied quand il se met dans ses jambes. Certes, de l’aveu de son fils, on ne cherchera dans le roman rien d’autobiographique mais on pourrait presque parler d’autofiction avant la lettre et, même, d’« autofriction » tant l’auteur, malicieux, ne se fait guère de cadeaux : « jambes torses et taille courte, le front nimbé d’augustes pensées, j’offrais à tous les regards une sorte de démon byronien ». Repoussoir universel, il n’est même pas protégé par sa langue : « à croire que les paroles, ce don de Dieu, se scellaient d’une damnation éternelle aussitôt passées par mes lèvres éloquentes… » Faut-il y voir la figure universelle de l’écrivain, bouc émissaire idéal des sociétés totalitaires et sommé de s’en excuser en permanence ? Laissant à chacun son jugement, on se gardera de trancher pour se contenter du plaisir d’une lecture allègre, presque primesautière dans sa noirceur et truffée de jolies surprises parfaitement rendues par une traduction que l’on devine héroïque.

Yann Fastier

André-la-Poisse
Andreï Siniavski
Traduit du russe de Louis Martinez
Éditions du Typhon, 150 pages, 15

Moscoumoune Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°221 , mars 2021.
LMDA papier n°221
6,00 €
LMDA PDF n°221
4,00 €