La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Comme des bêtes

mai 2021 | Le Matricule des Anges n°223 | par Camille Cloarec

Dans les hauteurs d’un village environné de montagnes, une fillette est découverte dans une grotte. Toute l’attention des habitants se tourne alors vers le fils de Mariette, un simple d’esprit surnommé l’Ours, vivant dans l’isolement le plus complet non loin de ladite grotte. S’agit-il d’un enlèvement ? Serait-elle sa fille ? Ou bien sa sœur ? Les rumeurs vont bon train. Chacun à leur tour, les villageois se confient sur l’affaire auprès d’un interlocuteur silencieux, que l’on devine appartenir à la police. Leurs monologues se succèdent, dressant un portrait biaisé, contradictoire, multiple, de ce fameux Ours. Sa professeure, un voisin, le boulanger, le postier : tous ces êtres radicalement différents, uniquement reliés par Ourdouch, ce lieu rural et retiré (« Ici tout est mélangé. Il peut arriver n’importe qui. Avec n’importe quel parcours de vie. À la fin, d’ailleurs, on sait plus qui vient d’où »), s’expriment. L’Ours est tour à tour décrit comme un homme dangereux à la silhouette disproportionnée, un être fragile et attentionné, un guérisseur aux pouvoirs mystérieux (« C’est comme s’il était une vache dans les vaches. Non, c’est même pas exactement ça. Plutôt comme s’il était le dieu des vaches, vous voyez. »). Les croyances locales se défont peu à peu : l’origine de l’appellation de l’Ours, au-delà de sa force physique, se dévoile (« les enfants sans père sont des fils de l’ours, c’est comme ça »), la légende de la grotte et des fées qui y recueilleraient les enfants abandonnés resurgit dans les esprits. Ces prises de parole pleines de préjugés, d’authenticité ou de simplicité, c’est selon, sont entrecoupées de lignes poétiques rendant hommage aux créatures fabuleuses qu’elles convoquent. Derrière le village que nous peint Violaine Bérot, tout à la fois enclavé et affranchi, se dessine une réflexion profonde sur l’injonction à la normalité qui régit nos sociétés. Comme des bêtes ouvre la voie à « certaines voix / discordantes / dissonantes / les voix de certains normaux / anormalement normés ».

Camille Cloarec

Comme des bêtes
Violaine Bérot
Buchet-Chastel, 160 pages, 14

Le Matricule des Anges n°223 , mai 2021.
LMDA papier n°223
6.50 €
LMDA PDF n°223
4.00 €