La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Consumée d’Antonia Crane

septembre 2021 | Le Matricule des Anges n°226 | par Yann Fastier

Effeuilleuse professionnelle et travailleuse du sexe (et non prostituée, elle y tient, vu qu’elle ne fait que les branlettes), Antonia Crane aura eu bien d’autres noms au cours de sa déjà longue carrière : Stevie, Violet, Angelique, Alexis, Rosebud… jusqu’à Candy et Lolita, pour preuve d’un intérêt non démenti pour la littérature que vient enfin couronner cette autobiographie. De club en club, de loge cradingue en scène enfumée, de San Francisco à La Nouvelle-Orléans et Los Angeles, elle déroule le parcours d’une jeune fille ordinaire, devenue strip-teaseuse par goût après l’avoir été par nécessité, au fil d’une vie cahotée par le speed et l’argent facile. Une vie parmi les femmes où la solidarité, quoi qu’on en dise, n’est pas un vain mot face aux hommes avec lesquels il ne saurait y avoir que faux-semblants, si bien qu’aux protestations féministes des débuts succède une conscience plus juste, apaisée, de l’aliénation réciproque présidant au sexe tarifé. Ce qui nous vaut au passage quelques scènes que n’aurait pas reniées le psychiatre Krafft-Ebing et dont le pathétique n’est jamais à chercher du côté des nanas, mais de ces gars, détestables ou désolants, toujours prêts à dépenser des fortunes pour apprendre à leurs dépens que la chair est triste, hélas.
Écrit sans grand art puisque c’est un gage d’authenticité, parfois même assez convenu (combien de « femmes puissantes » !), Consumée n’a certes pas la puissance orageuse qui parcourait le Putain de Nelly Arcan. À sa décharge, si l’on ose dire, il n’est « pas si facile d’écrire avec une bite à la main » et Antonia Crane, qui porte bien son nom, a au moins pour elle une lucidité généreuse qui, parfois, confine à l’autodérision. Reste qu’écrit par une Française, il n’aurait sûrement pas quitté la catégorie « témoignages ». Antonia Crane est américaine : elle écrit donc de la non-fiction et c’est encore de la littérature.

Yann Fastier

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Michael Belano, Tusitala, 286 p., 21

Consumée d’Antonia Crane Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°226 , septembre 2021.
LMDA papier n°226
6,00 €
LMDA PDF n°226
4,00 €