La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La Mélancolie de celui qui vise juste

septembre 2021 | Le Matricule des Anges n°226 | par Thierry Guinhut

La Mélancolie de celui qui vise juste

Une atmosphère étouffante empreint ce roman venu du sud des États-Unis. Celle des bayous du Mississippi, dont la chaude humidité obsède les corps, celle des esprits surchauffés par le « whisky de patates », celle de la violence à fleur de peau. Les habitants d’Attrape-Flèche ont la gâchette facile, à l’instar du jeune Hydro, ainsi surnommé parce qu’en une métaphore du milieu liquide environnant il s’agit d’un hydrocéphale, néanmoins capable de tenir la caisse d’une station-service. C’est là qu’il pense avoir tué deux « gentils bébés », alors que l’on apprend que ce sont deux braqueurs sans foi ni loi. Lui aussi, à la suite d’un affreux concours de cauchemars mêlant Éros et Thanatos, finira dans « un récipient de plastique », du moins ses cendres et autres « fragments d’os ». Saisis par un réalisme sans indulgence, les personnages tentent de vivre avec dignité, sinon avec leurs tourments sexuels, tandis que d’autres sont des assassins, des violeurs ; ou des loufoques, comme « Monsieur William Tell », théâtral avec « ses talons aiguilles et son bâton de rouge ». Ils frôlent parfois le fantastique, tel ce croque-mort surnommé « Le Prince des Ténèbres ». Quant à Monsieur Raney, père d’Hydro, il est évidemment l’incarnation de la mélancolie du titre.
Étroitement locale, cette tragédie à la prose entraînante et touffue, dans la tradition de Faulkner, n’en a pas moins une portée universelle. Une fatalité sans pitié rôde parmi les individus prisonniers de leur paysage, de leur déterminisme, de leur psyché. Initialement publié en 1995 par un Lewis Nordan né en 1939, ce roman âpre et polyphonique devient un beau livre toilé publié avec un soin rare.

Thierry Guinhut

La Mélancolie de celui qui vise juste
Lewis Nordan
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marie-Odile Fortier-Masek
Monsieur Toussaint Louverture, 288 pages, 19

Le Matricule des Anges n°226 , septembre 2021.
LMDA papier n°226
6,00 €
LMDA PDF n°226
4,00 €