La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Monsieur Toussaint Louverture

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Le Dernier stade de la soif
de Frederick Exley
2010
Lmda N°122 Récit d’une vie d’échecs, Le Dernier Stade de la soif de l’Américain Frederick Exley (1929-1992) cueille le mal par la racine. Une débâcle saisie à vif sans salut ni billet retour. L’art d’Exley pourrait être résumé facilement. Il en va du style à l’œuvre dans Le Dernier Stade de la soif comme des génuflexions de son alter ego romanesque au milieu de saoulards hérétiques. Il s’agit d’y dire, le verbe haut placé, la fange en ce qu’elle a de plus vile et déshonorante. De la dire si possible à la première personne, car nous avons affaire ici à une autofiction à peine...
À l’ombre ivre du père
avril 2011
Enig Marcheur
de Russell Hoban
2012
Lmda N°138 Après la catastrophe, sur les cendres froides de la fin de l’Histoire, Russell Hoban raconte l’indigente épopée de la renaissance du sens. Livre culte ? En tout cas celui par lequel, en 1980, Russell Hoban, alors plus connu pour ses nouvelles pour enfants et sa capricieuse Frances, entra de plain-pied en littérature anglaise pour, si l’on en croit Will Self ou Anthony Burgess, s’y imposer comme l’un de ses grands maîtres. Livre unique s’il en est, puisqu’il invente, page après page, son propre langage, le riddleyspeak ou...
L’éternel retour
novembre 2012
Et quelquefois j’ai comme une grande idée
de Ken Kesey
2013
Lmda N°149 Dans les forêts de l’Oregon, l’affrontement entre deux frères que tout oppose permet à Ken Kesey (1935-2001), l’auteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou, d’écrire une ode virile à la liberté. Avec un art de la description parfaitement maîtrisé, Ken Kesey commence par nous faire découvrir une région inhospitalière de l’Oregon en nous faisant suivre le cours d’une rivière imaginaire, la Wakonda Auga. À quelques kilomètres de son embouchure, « une vieille bicoque à un étage repose sur une structure bigarrée de métal enchevêtré, de bois, de terre et de sacs de sable, tel un échassier...
Des arbres et des hommes
janvier 2014
Le Livre du chevalier Zifar
de Collectif
2009
Lmda N°110 Toussaint Louverture nous offre un chef-d’œuvre du Moyen Âge castillan. Découverte d’une matière de Bretagne revisitée par un chevalier africain et qui, sous le soleil méditerranéen, prend des éclats neufs. Zifar est un preux, un féroce combattant, serviteur loyal de Dieu et bon père de famille. Mais - ainsi naissent les histoires - il est aussi abominablement pauvre puisque par une étrange et burlesque malédiction, son cheval meurt sous lui tous les dix jours, le forçant à aller à pied comme un valet. Chevalier errant, Zifar l’est donc par nécessité là où les soudards d’Arthur enfourchaient,...
Les soleils noirs de la chevalerie
février 2010
La Mélancolie de celui qui vise juste
de Lewis Nordan
2021
Lmda N°226 Une atmosphère étouffante empreint ce roman venu du sud des États-Unis. Celle des bayous du Mississippi, dont la chaude humidité obsède les corps, celle des esprits surchauffés par le « whisky de patates », celle de la violence à fleur de peau. Les habitants d’Attrape-Flèche ont la gâchette facile, à l’instar du jeune Hydro, ainsi surnommé parce qu’en une métaphore du milieu liquide...
La Mélancolie de celui qui vise juste de Lewis Nordan
septembre 2021
Moi, ce que j’aime, c’est les monstres
de Emil Ferris
2018
Lmda N°196 Roman familial et pandémonium de hachures et de couleurs, les monstres d’Emil Ferris envahissent la psyché d’une petite fille tourmentée. Entre des auteurs américains déjantés, un Norvégien, une Arménienne et un Lituanien, tous ambitieux explorateurs de la pensée et de l’écriture, les éditions Monsieur Toussaint Louverture ont donné la preuve de leur originalité. Aussi, publiant un roman graphique, elles attisent la curiosité. Que l’on se rassure, Emil Ferris est bien digne de figurer parmi le panthéon. L’abondance du noir et...
Chasse aux créatures
septembre 2018
Perdus Trouvés : anthologie de littérature oubliée
de Collectif
2007
Lmda N°90 On se glisse à l’intérieur de ce livre comme on pénétrerait à l’intérieur d’un sanctuaire : discrètement, en silence, histoire de ne pas troubler la quiétude du lieu. Avec d’autant plus de dévotion ici que l’on se sent privilégié, convié à retrouver quelques-uns des « Soleils noirs » de la littérature (c’est ainsi que l’on désigne les écrivains maudits, et tous ceux que le poids de...
Nouvelles du purgatoire
février 2008
Personne ne gagne
de Jack Black
2017
Lmda N°184 L’autobiographie peut avoir la puissance du roman : Jack Black, narrateur doué, nous emporte dans un rythme enlevé qui dévoile sans fard les pléthoriques excès de sa carrière. Orphelin de mère à 10 ans, fils spirituel de Jesse James, travailleur d’abord, voleur bientôt, expert enfin de la « confrérie des yeggs », ce « monde des criminels », Jack, comme le suggère son patronyme, est un...
Personne ne gagne de Jack Black
juin 2017
Temps gelé
de Thierry Acot Mirande
2009
Lmda N°103 Sous une couverture bleue et argent d’une belle élégance, sur un papier raffiné, la typographie claire nous offre des nouvelles un rien inactuelles. Peut-être auraient-elles pu avoir été écrites à l’époque de Barbey d’Aurevilly, de Kafka, de Mandiargues ou d’Ogawa… Est-ce à dire qu’elles sont sous influence ? Pas réellement. Thierry Acot-Mirande, également poète, romancier et essayiste (on...
Temps gelé
mai 2009
Tu ne désireras pas
de Jonathan Miles
2021
Lmda N°220 L’homme est-il jetable ? L’écrivain américain Jonathan Miles fait la satire de notre société de consommation. Non, il ne s’agit ni d’un manuel bouddhiste ni d’une leçon d’ataraxie antique. Quoique… Car le romancier américain Jonathan Miles (né en 1971) commande : Tu ne désireras pas. Ainsi serait assurée la tranquillité de l’âme, tant le désir entraîne son insatisfaction et son éternel retour lancinant. Il s’agit plutôt de savoir combien ce même désir chevillé au corps entraîne de consommation et...
Esthétique du déchet
février 2021
Un jardin de sable
de Earl Thompson
2018
Lmda N°194 Le romancier Earl Thompson (1931-1978) raconte une enfance misérable dans les États-Unis de Roosevelt. Sans langue de bois. Le lait de chèvre, introduit dans l’alimentation du nourrisson, aurait-il une incidence sur les obsessions sexuelles de l’adolescent qu’il deviendra ? De prime abord, ce genre d’explication peut paraître un brin loufoque, mais c’est bien ce que prétend John MacDeramid pour justifier la perversion précoce de son petit-fils Jacky, sans doute sevré trop tôt du lait maternel. C’est presque ainsi...
Bad trip
juin 2018
Vilnius poker
de Ricardas Gavelis
2015
Lmda N°162 Entre polar baroque et veine fantastique, Vilnius poker est le roman terrifiant de la conscience balte. Venu des tréfonds de l’Europe, voici un opus sombre, inquiétant, monstrueux. En un mot : fascinant. Il émane d’« au-delà des barbelés » du goulag, ravivant le passé de la Lituanie, entre chape de plomb soviétique et indépendance rêvée. En autant de parties, quatre voix effectuent cette descente aux Enfers littéraire, se débattent à la recherche d’une liberté impossible : Vytautas,...
Caves de l’histoire
avril 2015
Zuleika Dobson Illustration(s) de Georges Hin
de Max Beerbohm
2010
Lmda N°115 Environné de femmes laides, mais vivantes, et de créatures exquises, mais en carton, l’étudiant est la victime prédestinée de la beauté vivante ; comme le feu déjà dressé, il lui suffit d’une étincelle. « Cette étincelle a ici pour nom Zuleika Dobson : rendant visite à son grand-père et recteur d’Oxford, elle en profite pour mettre à sac ce temple du savoir et de la tradition, poussant...
Noblesse oblige
juillet 2010

Auteurs