La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Corps à corps

septembre 2021 | Le Matricule des Anges n°226 | par Martine Laval

Turbulent et tendre, félin et fougueux, Western spaghetti raconte à l’oblique des histoires d’aujourd’hui. Révélation.

D’histoire en histoire, les personnages de Sara-Ànanda Fleury semblent se lorgner, se télescoper : tous apostrophent la même rage de vivre. Au-delà des turpitudes, de la lassitude et autres vilenies, ils se renvoient la balle et déroulent un peu de leur existence. Trentenaires, ados ou vieux, femme ou homme, ils portent en bandoulière un blues grinçant, irritant comme une craie qui dérape sur un tableau noir. Et alors ? Ils râlent mais ne se plaignent pas. Ils trébuchent mais avancent. Version 1 : ils rêvent et ça les énerve. Version 2 : ils rêvent et veulent y croire. Pour eux, Sara-Ànanda Fleury invente la compassion sans mièvrerie, le désespoir sans la crasse. Elle emmène ses antihéros non pas au bord du précipice mais face à quelque chose qu’ils aimeraient étreindre : une sorte de vérité. Elle les extrait de l’anonymat, les accompagne, nomme leurs secrets ou leurs faiblesses, les suit de près, attentive, vraie mère poule, et leur offre des pages inoubliables. Sara-Ànanda Fleury, qui n’a pas 40 ans et dont c’est le premier ouvrage, regarde à l’oblique, use de la fiction pour mettre en lumière les petits riens qui font que chaque destinée est unique. À ce jeu de l’écriture miroir de notre temps, l’auteure s’avère dangereuse : extralucide sur le genre humain, extra-talentueuse pour transformer les gros et petits bobos de la vie en littérature. Elle déroule une narration souple, chatoyante et même chantante où humour et poésie bouillonnent allègrement.
Parmi ses candidats au blues, il y a le pragmatique : « J’attends la fin du monde. Après on verra » Le lucide : « Si ce n’était pas la fin du monde, ce ne pouvait être que son commencement. » Et puis, en bande, il y a les accablés : « Nous avons dressé des listes de choses à faire avant la fin du week-end, avant Noël, avant la fin de l’année, avant la fin de la vie » De Paris à Montréal, les uns et les autres courent effrénés en quête d’oubli, d’abandon, d’amour. Dans la nouvelle intitulée « Mohamed A.B. », un jeune homme coincé dans un aéroport un certain 11 Septembre se dit que l’exil « c’est l’enracinement dans le déracinement, c’est être trop nombreux dans un seul corps ». C’est vouloir fuir et emmener malgré soi une foule de fantômes. Dans « Album de famille », une jeune mère, celle qui « ramasse les phrases à main nue », s’interroge sur l’enfance  : « Est-ce que ça a le goût de la solitude ou bien de la tendresse ? » et renouvelle la déclaration d’amour : « Et toi tu te souviens quand nous étions loups ? (…) Des nuits entières à se tendre, à se tordre, à se mordre, à se hurler dessus, à rire trop fort, à dormir comme des voleurs, à se mouvoir comme deux loups qui se sont reconnus parmi la multitude et qui, enfin, peuvent s’abandonner, se repentir, se désosser et se recoudre, à coups de dents, là, canines contre canines.  » Fougue, hardiesse et sensualité : c’est la marque de fabrique Sara-Ànanda Fleury.

Martine Laval

Western spaghetti, de Sara-Ànanda Fleury
Le Quartanier, 274 pages, 20

Corps à corps Par Martine Laval
Le Matricule des Anges n°226 , septembre 2021.
LMDA papier n°226
6,00 €
LMDA PDF n°226
4,00 €