La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Pique-Puce

juin 2022 | Le Matricule des Anges n°234 | par Yann Fastier

Scrupuleux jusqu’à la bêtise, Benoît Desmaris, « pique-puce » de son état, n’a pas le sens du commerce. Cet ancien paysan, devenu tailleur à Lyon, appartient « à cette génération et à cette classe qui se faisait une idée rude et austère de la vie et du devoir, et qui ne pardonnait pas sans quelque mépris aux classes fortunées de couler des jours oisifs et tranquilles ». Aussi tire-t-il en permanence le diable par la queue, ruiné par les mauvais payeurs, sous le regard exaspéré de sa femme et de sa fille, surtout, cette Louise qui, d’abord docile, s’émancipe peu à peu jusqu’à remettre en cause les fondements mêmes d’un ordre que son père espérait immuable. Sans rien avoir d’une Nana, elle n’entend cependant pas « mourir pour l’honnêteté » et, lucide, voit « les femmes, dans la société de demain, se diviser en trois classes : les ouvrières, les pondeuses, et les courtisanes ». Voulant s’élever au-dessus des premières, elle ne veut pas non plus ressembler à sa mère. Ne reste donc que la troisième voie, celle d’une « fortune rapide, et par des sentiers escarpés s’il le fallait, mais fleuris ».
Qui a tort ? Qui a raison ? Le roman ne tranche pas et l’un de ses grands mérites est peut-être de préférer se refermer de manière à la fois inattendue et pleine de tendresse, ne condamnant ni l’idéalisme un peu niais du père ni le pragmatisme désenchanté de la fille. Nous sommes en 1928 et Pique-puce est un roman réaliste de facture assez traditionnelle mais dont le caractère sociologique l’inscrit de plein droit dans cette veine populiste que défendront bientôt André Thérive et Léon Lemonnier – et dont La Thébaïde, depuis plusieurs années, s’obstine à repêcher les meilleurs morceaux. Belle prise, donc, que ce roman-là, le seul, sans doute, à surnager de l’œuvre romanesque par ailleurs un peu terne de Louis Chaffurin (1881-1943) qui fut tout un tas de choses mais d’abord pédagogue, après avoir lui-même tâté du mètre-ruban dans sa jeunesse.

Yann Fastier

Pique-puce
Louis Chaffurin
La Thébaïde, 228 pages, 18

Le Matricule des Anges n°234 , juin 2022.
LMDA papier n°234
6,50 
LMDA PDF n°234
4,00