La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Bleu du ciel

A propos

Poésie à l'affiche Né avec le siècle, Le Bleu du ciel publie essentiellement de la poésie contemporaine et de jeunes auteurs à la recherche de formes neuves. Pari risqué. La Dronne est une rivière à l’apparence nonchalante, plus grasse que fougueuse. Elle traverse Coutras, à une demi-heure de train de Bordeaux et coule au bord de la maison que Didier Vergnaud et Marie-Laure sa compagne ont achetée, il y a deux ans. De leur demeure aux bureaux de la maison d’édition, le chemin n’est pas bien long, qu’on fait à pied. C’est le centre culturel qui héberge depuis un an les éditions Le Bleu du ciel. La chose est assez rare pour qu’elle soit signalée : la maison d’édition bénéficie d’une aide de la communauté de communes qui permet de payer le loyer des lieux…...
février 2007
Le Matricule des Anges n°80

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Apocryphe
de Lucebert
2005
Lmda N°70 C’est un motif de réjouissance que de lire enfin Lucebert en français. Certes, le livre n’est pas gros, ni tape-à-l’œil, mais il était attendu. On l’espérait tout au moins, car la personnalité de son auteur, Lucebert, pseudonyme du Néerlandais Lubertus Jacobus Swaanswijk (1924-1994) n’est pas des moindres. Peintre de renom et poète, cet homme, dont aucun vers ne nous était encore parvenu, fut...
Lucebert le cobra
février 2006
C’est mon vocabulaire qui m’a fait ça
de Jack Spicer
2006
Lmda N°72 Jack Spicer (1925-1965) écrit des poèmes où le désir des garçons frôle savamment l’enjambement des vers, où de simples fantômes, exposés et sensibles, deviennent corps conducteurs de sa propre parole. Le titre choisi par cette édition qui regroupe l’ensemble de ses livres se réfère à l’avant-dernière phrase prononcée par Jack Spicer, agonisant, à l’un de ses amis. Par ce « c’est mon vocabulaire qui m’a fait ça », il faut entendre, comme le suggère son traducteur, à la fois une constatation et une dénonciation, une trahison et un étonnement, de ce que le langage lui aurait fait subir, comme...
Spaces for Spicer
avril 2006
Des tâches & des instruments
de Éric Giraud
2003
Lmda N°45 Faire du ski nautique dans une phrase. Effacer une place vide ou une tache (tâche). On est comme en vacances dans la poésie d’Éric Giraud. Intitulée « Une place ouverte », la première partie de Des tâches et des instruments est une bonne manière de planter le décor : un récit n’est que la possibilité d’un récit, une enquête policière ne débouche sur rien, tout s’ouvre en permanence. On pense à Emmanuel Hocquard, bien sûr, dans cette manière de mener l’enquête dans le langage, en essayant des décalages, des suspensions,...
Détachements
juillet 2003
Etudes vapeur (suivi de) Série Grenade
de Ryoko Sekiguchi
2008
Lmda N°96 Ryoko Sekiguchi continue à calquer dans l’écriture ce qui appartient à la stricte perception et à ses mémoires. D’une couleur, de l’enroulement de la chaleur autour d’une chambre, elle écrit que « seule l’odeur du chèvrefeuille qui n’aurait pas dû exister dans ce patio apparaissait fort, d’une manière pour nous insaisissable, en ligne droite ». Dans la Série Grenade, Sekiguchi cherche plus...
Etudes vapeur
septembre 2008
Fenêtre, porte et façade
de Jérôme Mauche
2004
Lmda N°53 Fait d’une accumulation de phrases trafiquées, « Fenêtre, porte et façade » de Jérôme Mauche n’est lisible que dans son illisibilité même. Le regarder dans le détail n’arrange rien. On pourrait dire de Fenêtre, porte et façade qu’il est un livre plein de détails, fait uniquement de détails, au sens où ceux-ci ne renvoient pas vraiment à un tout, mais disséminent au contraire, déconstruisent. Fragment d’un ensemble incohérent, chacune des phrases trouve une existence autonome, accumulées en un bloc compact, un compactage de phrases compactées, resserrées chacune dans une...
Do it yourself
mai 2004
Grand cahier
de Michel Deguy
2007
Lmda N°90 Poète, philosophe, traducteur, penseur de ces trois activités, Michel Deguy travaille depuis cinquante ans à densifier le fait poétique et ce qu’il permet d’habiter.La preuve en trois livres. Depuis ses premiers livres, Fragments du cadastre et Poèmes de la presqu’île (1960 et 61, chez Gallimard dans la collection « Le Chemin » de Georges Lambrichs), Michel Deguy n’a cessé de garder, à 77 ans, une énergie hors du commun, celle d’une jeunesse scripturaire dont sa bibliographie complète donne une juste idée. Aux soixante ouvrages, se divisant en livres de poèmes, essais, proses...
Travailler figure
février 2008
Jacques Lacan Jules Michelet Dans ce livre-lit
de Vincent Sabatier
Lmda N°43 Se retirer dans son texte, au plus profond, là où il n’est rien à voir, où les mots se fondent les uns dans les autres, où les phrases glissent, ne sont plus même des phrases, juste des mots pris dans des phrases qu’on n’aurait pas écrites, échappant à toute saisie, comme disparaissant sous nos yeux. Dans ce livre-lit, en cette première tentative d’écriture poétique, Vincent Sabatier a pris...
Marée haute
mars 2003
Lent ... un autre mois... 1997-2002
de Éric Suchère
2003
Lmda N°49 Avec Lent, Éric Suchère invente une écriture agrammaticale et abstraite, atonale et sensible. Un journal intime poétique à lire lentement. Il y aurait une lenteur à trouver. Elle servirait, cette lenteur, à toucher la surface des choses, retraverser les instants les plus ordinaires, entr’apercevoir d’autres issues à la succession des jours, redistribuer le vif du temps, capter des événements anodins, y découper des zones infra minces, des intensités éphémères. Il y aurait à suspendre le cours d’une phrase, en retourner le...
Mois par moi
janvier 2004
Rappel
de Sarah Kéryna
2007
Lmda N°87 Un recueil de trois textes, « Transits », « Après (quelques dates) » déjà paru en revue, et « Elles cherchent », dont l’unité réside dans le genre qu’ils mettent en œuvre : le journal poétique. Genre périlleux s’il en est, l’exercice du poète comme celui du diariste étant grandement exposé au risque de la complaisance narcissique. Ici, à 35 ans, l’écrivain travaille sur la terre meuble du...
Ritournelle métaphysique
octobre 2007
Le rapport signal-bruit
de Pierre Parlant
2006
Lmda N°76 Les nouveaux livres de Pierre Parlant sont des leçons de poétiques revigorantes, des dérives durement interrogatrices de l’acte d’écriture… face à l’époque. Le neuvième livre de Pierre Parlant est un petit volume jaune, couleur Pastis 51, relevé d’un titre olive assez intrigant : ce Précis de nos marqueurs mobiles l’est d’autant plus que le sujet principal du livre est tout simplement manquant et remplacé par huit points de suspension. Seul indice, le sujet est féminin singulier. Il aura à se conjuguer ainsi et selon cette pente prédicative, on...
L’entrée du Parlant
septembre 2006
Relations et silhouettes (carnets 1992-1995)
de Jean-Pierre Ostende
2003
Lmda N°43 Loin d’écrire des romans à la linéarité aseptisée, l’auteur de "Planche et Razac" élabore des fictions à la complexité ludique. "Voie express" nous conduit loin dans une nuit qui ne manque pas de poésie. Vous prenez une voie rapide, vous roulez assez vite, la radio est allumée et vous écoutez les histoires qu’un type vous raconte à travers les ondes. C’est la nuit et les histoires ont un goût un peu mouillé ; vous imaginez facilement des néons qui font comme des étoiles sur les gouttes d’eau agrippées à votre pare-brise. Vous croisez des bâtiments nocturnes. Sûr que c’est le mot...
Ostende, serial K.
mars 2003
Séries
de F. Van Dixhoorn
2009
Lmda N°109 Première traduction intégrale des trois premiers recueils de F. van Dixhoorn dont la clarté et le minimalisme prosodiques réinventent nos façons de percevoir. S’inscrivant dans la continuité d’auteurs néerlandais tels que Bert Schierbeek ou Gerrit Kouwenaar, F. van Dixhoorn (né en 1948) fut traduit une première fois dans l’anthologie Le Verre est un liquide lent (Farrago, 2003). On y découvrait déjà de façon saisissante le recours à un usage quasi littéral de la langue, la volonté de l’exposer dans sa plus grande clarté, voire d’en utiliser les...
Less is more
janvier 2010
Le Temps fait rage
de Olivier Domerg
2015
Lmda N°171 Depuis plus de vingt ans, Olivier Domerg explore le paysage, tente de le cerner sans jamais l’enclore. Le Temps fait rage en est une nouvelle variation. Une expérience épiphanique. Difficile de mettre en mots cette forme, de mettre des mots sur cette forme, à la fois massive, intangible, spectaculaire, et, dans le même temps, extrêmement complexe, torturée, déstructurée, dans son mouvement ou dessin principal. le temps fait rage, l’expression aussi. » Cette forme magnétique et insaisissable, c’est la Sainte-Victoire et Domerg est pris d’une rage à tenter –...
Défragmentation massive
mars 2016

Auteurs