La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Catherine Dupérou

Message Envoyer un message

Articles

Cette révolte appelée poésie Annie Le Brun est un esprit insoumis et radical. La parution de ses poèmes, enfin réunis, et la réédition en poche de son essai Du trop de réalité nous immerge dans un univers peuplé d’images à l’érotisme noir et de pensées réfractaires à tout compromis. En 1977, année punk, une jeune femme, Annie Le Brun, noire brindille de jais tranchant jetait une bombe à la face puritaine des néoféministes, Lâchez tout. Auteure d’ouvrages poétiques, réédités aujourd’hui, elle sera alors remarquée par Jean-Jacques Pauvert, qui lui demandera une préface à l’édition des œuvres complètes de Sade, puis à celles de Raymond Roussel. Fidèle à ses amours, la poésie et l’insoumission, elle continue de porter, envers et contre tous, un regard implacable sur notre époque. Et à écrire, « comme on force une porte ». Comment êtes-vous allée vers la poésie ?...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

Derviche/Robert

+ 3 cds comprenant l'intégralité du Derviche/Le Robert
de Bernard Heidsieck

Lettre à Brion Gysin

de Bernard Heidsieck

Debout la poésie !

Bernard Heidsieck, initiateur de la poésie sonore en France, publie « Derviche/Le Robert », livre-CD, somme à lire et à entendre. De concert. Adieu à la page. Et sans façon. À la page confidente. À la page adversaire. Interlocutrice ou véhicule. Adieu. La Poésie s’en est extraite, enfin. (…) Le poème, donc, fait sa rentrée au monde. Matière redevenue potentiellement libre et vive. Prêt, y aspirant, à se cogner, à se frotter, quitte à y perdre plumes et sang, ou à les acquérir, à ces réalités neuves que sont pour lui ces désormais...
mai 2004
Le Matricule des Anges n°53

Aveux

de Kurt Drawert

La langue réfractaire

Né en R.D.A. en 1956, Kurt Drawert grandit entre Berlin et Dresde. Fils d’un haut fonctionnaire de police, il s’insurge très tôt contre la société qui l’entoure et refuse d’adhérer à l’organisation de la Jeunesse communiste allemande. Dégagé de tout enrégimentement idéologique, il s’engage alors, par ses poèmes, ses pièces et ses essais à dénoncer un système moribond, dont la langue est...
avril 2004
Le Matricule des Anges n°52

La Migration des gnous

de Benoit Caudoux

Je est un gnou

Le Serengeti est une terre vierge. Un éden africain qui étend sur le Kenya et la Tanzanie des milliers de km de pâturages. Certains tour operators y proposent une excursion à des occidentaux blasés : « La migration des gnous ». Des milliers de gnous se mettent en route vers le Nord, à la recherche de la pluie salvatrice. Contre vents, poussière et rivières en crues, le tonitruant troupeau...
avril 2004
Le Matricule des Anges n°52

Arsenal N°8/9

littératures/USA

Les cousins d’Amérique

Après avoir consacré ses trois précédents numéros aux littératures italienne, portugaise puis japonaise, Arsenal traverse l’Atlantique et met le cap cette saison sur les USA. La revue nous propose un choix de 21 poètes américains, dont certains « se connaissent entre eux, d’autres non et partagent tous néanmoins un intérêt pour le langage comme terrain de jeu, comme surface où l’on dérape,...
mars 2004
Le Matricule des Anges n°51