La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Je est un gnou

avril 2004 | Le Matricule des Anges n°52 | par Catherine Dupérou

La Migration des gnous

Le Serengeti est une terre vierge. Un éden africain qui étend sur le Kenya et la Tanzanie des milliers de km de pâturages. Certains tour operators y proposent une excursion à des occidentaux blasés : « La migration des gnous ». Des milliers de gnous se mettent en route vers le Nord, à la recherche de la pluie salvatrice. Contre vents, poussière et rivières en crues, le tonitruant troupeau avance inexorablement. Exode grandiose auquel se joignent zèbres, lions et autres prédateurs.
Loin du récit naturaliste sur la vie des animaux, cette migration est une aventure existentielle. Un texte fait d’abstraction et de rythme. Un nouveau genre de prose vibratile non encore identifié, et c’est tant mieux. Une gigantesque balafre lézardant le sol africain et le sens donné à toute existence.
Le narrateur est un gnou, dont la conscience s’éclaire au fur de son voyage. Est-il vraiment le seul, parmi ses milliers de congénères cavalant, à se demander ce qu’il est ? : « J’étais un excursus dans cette migration elle-même originale, nouvelle, créatrice (…) j’étais comme la conscience unique du troupeau… »
Animal qui a du mal à se figurer, un peu clownesque et hybride, le gnou au nom onomatopéique n’est que ce qu’il fait, émettre un son absurde, et migrer, courir, toujours. Vers quels certitude ou mystère ? Métaphore de l’écriture elle-même, il avance, entêté, se frotte à la matière de cette terre étrangère comme l’écrivain se collette à la langue, et y érode son style. Son avancée est celle du langage en marche, son tracé assuré est le sillon profond que la littérature creuse dans le corps constitué des langues.
Né dans le Nord, Benoît Caudoux est agrégé de philosophie. Il s’est amouraché de la sagesse au lycée, à Roubaix. Son professeur d’alors a gardé précieusement toutes ses copies. Pour notre part, nous garderons en mémoire son premier livre.

La Migration des gnous de Benoît Caudoux
Léo Scheer, 108 pages, 15

Je est un gnou Par Catherine Dupérou
Le Matricule des Anges n°52 , avril 2004.
LMDA papier n°52
6.50 €
LMDA PDF n°52
4.00 €