La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La descente aux enfers

novembre 1992 | Le Matricule des Anges n°1

L' Au-delà

Un homme a fait le choix, pour des raisons que l’on ignore, de rejoindre dans le métro la cohorte des clochards. Là, il vit comme les autres, c’est-à-dire qu’il ne vit pas, il boit, il vomit, il tend le bras. Il essaie surtout d’échapper à un passé qui le poursuit et dont l’obsession, seule, explique qu’il veuille rester dans cet enfer urbain. Dans cet univers où l’humanité est un souvenir, il se surprend à rêver d’amour avec sa Carmen, une trisomique grasse dont usent et abusent bon nombre d’habitants des souterrains de Paris. De ce cauchemars, il tire quelques notes sur son carnet, portraits de Dédé, ancien ouvrier venu à la cloche après un accident du travail de Lecronu, grande gueule et conteur alcoolique, et des « morts-vivants », nous, vous passagers aveugles du métro. Le roman de Didier-Georges Gabily est à la mesure du monde qu’il décrit, torturé et tortueux, il ne s’offre pas comme une fille facile, il se dérobe. Et même si l’auteur, avec cette descente dans les bas-fonds de la nature humaine, se met parfois ) Thomas Bernhardiser dans les ressacs de ses phrases, il finit toujours par revenir, obstiné, à sa propre langue d’une poésie noire, lourde, glaireuse. Ce livre, c’est comme un vieux chouingomme qui colle aux godasses ; on a beaucoup de mal à s’en dépétrer, à oublier ses personnages à la Otto Dix, boursouflures humaines affreuses comme les remords dans les rêves d’un assassin.

L’Au-delà
Didier-Georges Gabily
Coll. Générations
Actes Sud
274 pages 115 FF

La descente aux enfers
Le Matricule des Anges n°1 , novembre 1992.