La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger De Queiros, iconoclaste

novembre 1992 | Le Matricule des Anges n°1

Orphelin, le jeune Raposo est recueilli par sa tante Dona Patrocinio dont la richesse n’a d’égale que la bigoterie. Tyrannique vieille femme, entourée d’hommes d’église, Dona Patrocinio est confite en dévotions. L’hypocrite neveu comprend bien vite que son intérêt se trouve dans cette dévotion exacerbée qui, seule, pourra lui permettre, une fois « la vieille crevée », de profiter du magnifique héritage qui l’attend. Sa foi, le jeune homme l’affiche bien haut, lorsqu’il revient de ses rendez-vous galants avec quelques dames de petite vertu, racontant à sa tante « sèche comme un coup de trique », les génuflexions et la piété qui l’occupèrent toute la journée. Eça de Queiros s’amusa et nous amuse à se moquer ainsi des bigotes. Certes, le trait est caricatural, mais le style de l’écrivain est vif, très rythmé et la comédie prend comme une bonne mayonnaise. Parue après Le Mandarin qui amorçait un changement dans l’oeuvre du romancier, La Relique semble tourner le dos au naturalisme dont de Querios s’était fait le chantre. Même si, pour la deuxième partie de l’ouvrage, Eça de Queiros se sert des notes du voyage à Jérusalem, effectué en 1869. La traduction de ce roman publié en 1887 est expurgée de tout un passage onirique (une scorie selon bon nombre de critiques). Plus ramassé, le roman gagne en efficacité et en rythme ; sa lecture n’en est que plus agréable.

La Relique
Eça de Queiros
préface de Valéry Larbaud
Arléa
237 pages 110 FF

De Queiros, iconoclaste
Le Matricule des Anges n°1 , novembre 1992.