La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Un café bien serré

avril 1994 | Le Matricule des Anges n°8 | par Jean Miniac

Café Hawelka

Pour ceux qui craindraient de voir la poésie française succomber à l’autisme ou au sirop de glucose, voici une bonne nouvelle, sacrément revigorante : le Café Hawelka est arrivé. Qu’est-ce ? Ni plus ni moins qu’un célèbre estaminet viennois, où l’auteur fait converger toutes les convulsions : celles de l’époque, bien sûr, et les siennes propres. Sans fard, on y reçoit le choc du réel, dit crûment. Qui ose aujourd’hui parler, en vers, de la guerre en ex-Yougoslavie, du suicide de Pierre Bérégovoy ? D’Auschwitz ? Tous lieux désertés par le lyrisme hexagonal. Bourre, lui, n’y va pas par quatre chemins : il se déplace, n’hésite pas à se colleter avec l’expérience. Un mot qui fait sourire ? C’est à ce prix, pourtant, qu’un poème prend le lest nécessaire à l’expression forte : « Dans ces villages de fin du monde/ où les femmes et les enfants/ mangent la cendre/ et le pain de douleur/ ma peur marche avec moi » (Croatie). Cette prise en charge de l’événement, c’est le meilleur de la poésie américaine. Leçon entendue par les seventies françaises (qu’on pense à un Claude Pélieu-Washburn), mais oubliée depuis, semble-t-il…
Pour autant, ces pages n’omettent pas de plus intérieures tourmentes. Les charniers renvoient l’auteur à sa propre hantise de la mort. Et ce thème omniprésent est noué à celui de l’enfance perdue, d’une manière qui émeu : « En 1953, les bains carbo-gazeux de Royat ressemblaient à des temples incas, aztèques, qu’on découvrait après avoir marché longtemps dans la jungle, à travers les jardns du Casino. » Comme si le périple agité devait mener au lieu le plus secret, celui de la naissance. Les ombres de Proust et du Grand Meaulnes ne flottent pas pour rien sur ce livre. Mais elle ne ruinent pas sa cohérence : elles l’enrichissent. Bourre, c’est un peu un baroudeur côté pile, et Peter Pan côté face. Un aventurier qui sait aussi ce qu’intimisme veut dire, sans mièvrerie : dans les deux cas, l’énergie combattante est le lien dynamique qui relie ces textes à l’existence. Une corrida, comme le revendique l’auteur ? Assurément, car elle est la marque la plus juste de son chant profond. Ce dernier nous est servi « brut de Bourre », et c’est tant mieux. La même chose, garçon !

Jean Miniac

Café Hawelka
Jean-Paul Bourre

Editions de Magrie
95 pages, 89 FF

Un café bien serré Par Jean Miniac
Le Matricule des Anges n°8 , avril 1994.