La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Preneur de rebut

avril 1994 | Le Matricule des Anges n°8

Le Preneur de rebut

Le Preneur de rebut
de François Boddaert

Les éditions dirigées par Georges Monti lancent une nouvelle collection Grandeur nature dont le principe consiste à donner la plume à un auteur contemporain afin qu’il nous présente un illustre du temps passé. Si François Cariès s’est intéressé à Turold (Chanson de Roland) et Olivier Apert à Xavier Forneret, François Boddaert lui, ne nous dévoile le nom du poète choisi qu’à la toute fin de l’ouvrage. C’est dire que Le Preneur de rebut est une sorte de rebus décliné en dix chapitres porteurs chacun de bon nombre d’indices. Mais avec François Boddaert, les candidats au jeu ont intérêt à s’être longuement plongés dans les histoires littéraires, les dictionnaires de littérature et les archives du siècle passé. Dire que l’auteur des Petites Portes d’éternité (Hatier 1993) est un érudit est plus qu’un euphémisme, c’est une lapalissade. Dix chapitres allègres suffisent à faire sentir toute notre ignorance et surtout à montrer que la gloire (immense pour le poète en question) n’est parfois qu’à peine plus éphémère que son bénéficiaire. La morale est amère mais la leçon est belle. C’est que Boddaert, dans ce XIXe siècle littéraire, est dans son jardin.

Le Temps qu’il fait
68 pages, 60 FF

Le Preneur de rebut
Le Matricule des Anges n°8 , avril 1994.