La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’attrait du vide

juin 1995 | Le Matricule des Anges n°12 | par Erwan Le Bihan

Closer

Le premier roman de l’Américain Dennis Cooper nous abandonne entre fascination et répulsion. Georges Miles, personnage fil conducteur, avale du « speed », histoire de mettre la conscience en veilleuse, et baise, laissant son corps l’emmener au bout de ses désirs. Ses expériences sont des amants différents, huit en tout, étreints en autant de chapitres. John est la première rencontre. Portraitiste, il défigure sur la toile ses modèles (souvent ses amis) au hasard de ses fantasmes. Rescapé du mouvement punk et de ses valeurs nihilistes (les « No future »), il est perdu, sans repère, comme « l’iroquoi » croisé en compagnie de Georges dans un bar homosexuel et qui arbore le badge : « J’ai de la cervelle mais je ne sais pas comment m’en servir ». Happé par un vide dont le goût devient vite enivrant, John est à l’image des autres amants de Georges, en quête de ses propres limites. De Philippe, le scatophile jusqu’à Tom qui accueille les jeunes gens prêts à mourir, obsédé par ce qui se cache sous leur peau.
Il ne faut pas se méprendre pourtant. Georges n’est pas un dur, insensible à la douleur, marginal ou masochiste. Il va à la fac, rêve de vivre à Disneyland, tient un journal intime, regarde des films d’horreur minables et ment à des parents attentionnés sur ses sorties nocturnes. S’il cherche les extrêmes, c’est avant tout pour sentir l’existence d’un peu plus près : « Je n’arrête pas d’essayer un tas de trucs, mais même si je tombais sur le bon, je continuerais. »
Le style de Dennis Cooper est minimaliste, précis. L’absence d’effets, la crudité du vocabulaire, la brièveté des phrases et des paragraphes donnent au récit une vivacité et une intensité, un rythme qui suffit à bannir toute velléité imaginative. Dennis Cooper vise la chronique sociale et le résultat est très convaincant.
Après plusieurs recueils de poèmes, Dennis Cooper se situe dans la mouvance d’une Katy Acker ou d’une Sarah Schulman. Il a publié, depuis Closer, deux autres romans encore inédits en France.

Closer
Dennis Cooper

Traduit de l’américain par
T. Fourreau et J.-L. Mengus
P.O.L
206 pages, 95 FF

L’attrait du vide Par Erwan Le Bihan
Le Matricule des Anges n°12 , juin 1995.