La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Au nom de l’amour

février 1996 | Le Matricule des Anges n°15 | par Didier Garcia

Feuilles de présence

Voici un livre, un livret, une plaquette (déjà les mots font défaut) propre à décevoir ceux qui ne jurent que par la logique des genres : s’agit-il d’aphorismes, de « formulations », de revendications, de commandements ? Un tel texte n’est pas sans poser problème, à commencer par son auteur dont l’œuvre se limite à une monographie consacrée à Michaux en 1967 et à ces Feuilles de présence initialement publiées par Dominique de Roux aux Éditions de l’Herne en 1972, seul volume aujourd’hui disponible.
Un livre donc précieux et rare à la fois qui répartit sa trentaine de pages en deux chapitres intitulés « Prédicats » et « Corollaires ». La linguistique désigne par prédicat ce qui est dit à propos d’un sujet ; quant au corollaire, il s’entend d’ordinaire au sens de conséquence, de suite naturelle. Des corollaires de prédicats ? Qu’est-ce à dire ?…
Seule la lecture permettra d’y voir un peu plus clair et tout d’abord de comprendre que ce sont bien des prédicats que ces phrases sans majuscules privées de tout sujet, amputées d’un segment (par exemple : « que le quotidien n’existe qu’au travers du maléfique »). Ensuite qu’il est question d’amour, de la communication dans l’amour, et que le problème essentiel de ces feuillets pourrait bien être celui du langage de l’amour, avec cette nécessité de trouver une langue qui pourrait seoir aux amants. Une langue, on s’en doute, peu commune, faite de silence et de gestes, en veillant à ce « qu’amour ne soit jamais prononcé, mais répudié comme crime », et en espérant « que les lettres qu’ils échangent soient pages blanches ». Un verbe qui soit l’au-delà de la voix, qui puisse en dire plus que des mots, une parole muette qui tienne surtout du souffle et du fluide. Et si ces phrases claudicantes, comme mutilées, comme infirmes, n’étaient autres que des souhaits à psalmodier d’une voix pudique et basse, une manière haute de prière pour affronter, une fois la nuit franchie à deux, « l’aube nue et le regard du vent » ? Un livre ouvert à la dérive.

Feuilles de présence
Napoléon Murat

Babel
(La Métairie Basse,
En Froment, 81 200 Mazamet)
35 pages, 50 FF

Au nom de l’amour Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°15 , février 1996.
LMDA PDF n°15
4.00 €