La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Face aux s tations

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Emmanuel Laugier

Stations avant l’oubli

Stationner, c’est s’arrêter peu, ça suppose que l’on reparte, comme des points balisent un trajet et s’effacent à mesure. Telle fut la vie de Dominique Labarrière, disparu en 1991 à quarante-trois ans. Il ne sortit pas de la rue des Trois-Bornes à Paris, entre le boulevard Voltaire et le rue de la Roquette, de la chambre d’hôtel où on le retrouva, lui qui jamais ne put se fixer, toujours jeté dans la rue à marcher, pour voir, se débarrasser de ce qui, à l’intérieur, hante, pour coller sa rétine aux lumières des feux et aux visages : « Je lève la tête : dos, je ne vois que des dos ; je m’efforce de les compter, de les classer, de les comparer./dos d’hommes./Dos de femmes./Quelques lourdes masses de cheveux qui tombent sur les épaules », disait-il dans La Pratique de l’émotion (Luneau-Ascot, 1984). Se jeter dehors, mais pour aller où, pour s’effondrer plus encore en face de quoi ? Dominique Labarrière le disait bien : il n’avait jamais cru qu’au « processus de démolition qui affecte tout ce qui est vivant », ajoutant même : cela « m’éblouit et m’aveugle dès que je porte mon regard vers quelques manifestations extérieures que ce soit ». Ses stations furent un étirement inqualifiable entre le poids qu’il y a à être soi et ce que l’on continue toujours à devenir dehors. Et cela, depuis son premier livre, Nostalgie du présent (Édition de l’Athanor, 1977), à Exploration de l’ombre (Unes, 1988), Romance sans lumière [éloge de Chet Baker], (Mai hors saison, 1991), jusqu’aux fragments de proses de La Discipline des apparences (Unes, 1992). Avec Stations avant l’oubli, qui paraît aujourd’hui, Labarrière se porte « au milieu d’un avenir gagné », et non « au milieu d’un passé perdu »(Bernard Noël). Dans une distance presque froide, dans des mots ramassés, des vers concis et tranchants, ce livre creuse, sans jamais lâcher ce qui revient à soi ou aux choses, une question, qui relance la marche : "Quoi encore porter/un seul geste porter et/perdre laissant derrière/toujours laissan

Sur D. Labarrière : le N° 19/20 de la revue Incendits préparé par Bruno Grégoire, 75 FF (4 villa Deroin, 93340 Le Raincy) et Mai hors saison N° 13, 70 FF.

Stations avant l’oubli
Dominique Labarrière

Mai hors saison (Guy Benoit - logt 1122 - 1 place de la résistance,
93170 Bagnolet)
35 pages, 50 FF

Face aux s tations Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.