La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Eclats de rêve

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Didier Garcia

La Lune seule

Dès l’arrivée du train, la ville s’était endormie, solidaire, et même les soldats preneurs d’otages, soudain repentants." Échappant par miracle à ce sommeil collectif, Skip et le narrateur échouent dans un hôtel où un réceptionniste -un autre miraculé- les accueille. De la fenêtre de leur chambre, ouverte sur le littoral, ils découvrent un estuaire caché, avant d’être rejoints par le réceptionniste, avec lequel ils s’imaginent alors former un équipage balnéaire…
Ainsi résumerait-on l’un des dix textes intitulés « Un » qui composent cet étrange roman. Un roman qui traverse des épisodes peu ordinaires : une fête dans une piscine en compagnie d’un gorille, l’observation d’échantillons lunaires, la désertion d’une institution médicale, pour s’éployer dans des territoires peu hospitaliers : une cité recouverte de poussière volcanique, un phare, un marécage. Sans omettre le langage lui-même qui multiplie les énoncés sibyllins : « Vraiment, je commence à y croire : on peut quitter les limbes ».
De quoi s’agit-il vraiment ? La phrase d’ouverture pourrait bien délivrer une des clés de l’énigme : « Le rêve, pour me visiter, a déplacé un arbre ». Ce serait en ce cas une immersion prolongée dans une expérience onirique, avec çà et là des éclairs de conscience, des bribes de dialogue chuchotées, des défaillances de la mémoire, des amnésies matinales et nocturnes. Ou l’émergence au sein du réel d’un univers parallèle au cœur duquel la vie n’aspire qu’à flotter : « Dehors, les rares voitures roulaient sans dévier, avec des trajectoires de corps célestes, à la fois très lentes et très rapides ».
Neuf ans se sont écoulés depuis son dernier roman publié chez P.O.L (Le Morticien, 1987) ; une longue éclipse qui aura permis à Éric Villeneuve de créer ces mondes que l’on prétendrait échappés d’un conte de Supervielle. De l’air salin, un coin de ciel bleu derrière les brumes, des désirs un peu vagues, des cités improbables, des doléances indécises, une voix amie et patiente : des présences liquides ou lunaires pour une dérive en apesanteur.

La Lune seule
Éric Villeneuve
P.O.L
108 pages, 80 FF

Eclats de rêve Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.