La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Histoire d’eau

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Hortense Lepic

La Jeune Fille en bleu

Le livre s’ouvre et se referme sur la même scène, sorte de plan-séquence où l’on voit un professeur de lettres, la quarantaine forcément, attendant au bord de la Loire, l’étudiante, jeune et jolie forcément, qui lui a confié ses textes et à qui il a donné rendez-vous un matin de mars avant de commencer ses cours. L’homme, plongé dans ses pensées, s’assied sur un banc, se lève, fait quelques pas, puis se rassied jusqu’à ce que la jeune fille arrive. Scénario un peu mince et on ne peut plus banal ! Mais il ne s’agit pas d’un court métrage et la force de ce récit tient justement dans le fait qu’il ne repose sur rien (le professeur, la jeune fille : un prétexte), rien de plus qu’une rêverie au bord de l’eau à travers laquelle Jean-Paul Goux démonte subtilement « la mécanique » de l’eau vive et des rêves. Les pensées du professeur-narrateur s’ancrent sur un détail du paysage : l’inclinaison des saules, le tamis brumeux de leurs ramures, puis épousent le mouvement de l’eau, des nuages, dérivent et se perdent dans des souvenirs et des scénarios imaginaires où il parle et fait parler la jeune fille (de manière tout de même très convenue. Faiblesse de l’auteur ou second degré ?). De temps à autre, la conscience affleure et le professeur se moque de sa pente romantique qui l’entraîne à lire dans la nature des signes, des correspondances et à lui prêter ses propres sentiments. Ou bien encore, il s’interroge sur la mécanique de sa rêverie : « Est-ce qu’on sait, pourtant, comment on se parle à soi-même ? On n’y pense pas quand on le fait, et, dès qu’on y pense, on pense qu’on y pense et on s’écoute parler. J’ai pensé que ce qu’on pouvait faire, après coup, c’était tout au plus tenter de conserver le mouvement, l’allant et l’immobilité de ce qui se passait en soi, exactement comme ces nuages que je voyais au-dessus du fleuve. » Exactement comme ce récit que nous offre Jean-Paul Goux dont l’écriture devenue Loire lentement nous entraîne à la dérive. Un récit qui se déploie en pensées sucessives, comme les ondes qu

La Jeune Fille en bleu
Jean-Paul Goux

Champ vallon
112 pages, 80 FF

Histoire d’eau Par Hortense Lepic
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.