La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le retour du pestiféré

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Eric Naulleau

Communication sur la peste

Paru une première fois en 1992 aux défuntes éditions Miroirs, Communication sur la peste rassemble neuf nouvelles dignes d’un Jorge Luis Borges qui aurait choisi l’exil géographique et linguistique en Yougoslavie. Tout comme l’auteur de L’Aleph, Radoslav Petkovic (né en 1953) excelle à concevoir d’ingénieuses supercheries historiques ou littéraires dont les effets de trompe-l’œil tiennent à des procédés parodiques -le travestissement de faits réels, ou ironiques -des notes en bas de page aussi érudites que factices. Le texte d’ouverture se présente ainsi comme la chronique d’une guerre de cinq cents ans où de nombreux événements (la bataille du Kossovo, la prise de Constantinople…) et personnages (Napoléon, Saint-Exupéry…) sont certes identifiables, mais tels qu’ils apparaîtraient en une anamorphose ou un mauvais rêve.
Les deux tiers des récits évoquent assez directement l’une ou l’autre des fictions du maître argentin et cette évidente filiation pourrait faire l’objet d’un « Trivial pursuit » snobinard. À l’intention des futurs compétiteurs, disons que la nouvelle éponyme du recueil rappelle La Mort et la Boussole, que Petar Vlatkovic, sa vie, son œuvre présente des analogies avec Examen de l’œuvre d’Herbert Quain ou que Les Mémoires d’Aaron s’apparente à La Loterie à Babylone.
Qu’il exploite cette veine intertextuelle ou s’aventure dans le réalisme magique (L’Enfant de la rivière), voire la science-fiction (Le Temps de la marée), Radoslav Petkovic compose en définitive un volume d’une parfaite cohérence, encore soulignée par les correspondances entre toutes ces proses. Certains jeux de miroir participent du faux-semblant -l’arrivée de l’aéronef dans Le Temps de la marée (le texte final) se trouve relatée par le chroniqueur de Scènes de la guerre de Cinq Cent ans (le texte inaugural), d’autres recèlent des significations plus prosaïques. Il n’est guère difficile de reconnaître Goli otok (le goulag yougoslave) dans « la petite île de l’adriatique » où se voient relégués les protagonistes respectifs de Petite Histoire des immortels et Mon Terrain de golf.

Communication sur la peste Radoslav Petkovic
Traduit du serbo-croate par Alain Cappon
Gaïa
128 pages, 89 FF

Le retour du pestiféré Par Eric Naulleau
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.