La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Fourbis

A propos

Un mystique laïque Jean-Pierre Boyer fondateur des éditions Fourbis, puis de Farrago, publie Claude Esteban depuis quinze ans. En toute fraternité. On sait que les amitiés sont parfois muettes. D’un homme assez peu bavard, comme Jean-Pierre Boyer, et d’un autre, solitaire, comme Claude Esteban, l’affection devait se nourrir du silence et de quelques sourires. Des livres bien sûr que le premier publiait du second. Des poèmes que le second donnait au premier. Mais de la révolte aussi dont il n’est que rarement question et qui pourtant nourrit le travail de l’un autant que l’écriture de l’autre. Jean-Pierre Boyer dans sa maison tourangelle publie ce printemps deux livres où figure Claude Esteban : Trajet d’une blessure où le poète...
mai 2006
Le Matricule des Anges n°73

Fourbis : une polyphonie ivre de cohésion

En huit ans, les éditions Fourbis ont constitué un catalogue de cent trente auteurs. La qualité valant ici la quantité, poésie, proses, essais, se côtoient dans la diversité la plus grande. Ce fourbi est de toute rigueur. On reconnaît les livres des éditions Fourbis au petit bateau imprimé au bas de leur couverture, un de ces cargos que Jean-Pierre Boyer, le directeur, trouva dans les pages de publicité des anciens numéros de la fameuse revue littéraire de Marseille Les Cahiers du Sud, et qu’il modifia à sa guise. On reconnaît aussi les publications de Fourbis à leur élégance minimale : une couverture de...
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14

Un impitoyable tri

En toute simplicité, sans relever plus que ça l’enthousiasme qu’il y a à recevoir deux à trois manuscrits par jour, Jean-Pierre Boyer nous dit attendre que toute cette masse de feuilles et d’émois s’entassent pou, un jour, décider, comme il dit, « de s’y mettre », 90 % des envois iront, là encore, s’empiler dans un coin, et les auteurs, il faut bien le dire, attendront un moment la lettre...
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Accumulation vite
de Jean-Jacques Viton
Lmda N°20 Depuis Les Hommes volés, premier texte publié au début des années 60, jusqu’à, dernièrement, L’Assiette ainsi que Les Poètes (Vestiaire), Jean-Jacques Viton n’a cessé de vouloir « assister une fois/à cette performance silencieuse/du poème tracé à la surface » du monde. Précisions, après 18 livres publiés. Ce dimanche matin, à Marseille, le ciel est gris. C’est sans doute la première fois depuis l’hiver que ce « droit au gris », comme dit le poète Petr Král, a été donné à la deuxième ville de France. Quittant le vieux port, entre la peau lisse et grise de soles et l’étendue d’une mer terne, on suit la rue de Rome un moment avant d’arriver sur le boulevard du Prado, large, dont le trottoir...
Jean-Jacques Viton : l’écriture au bord des yeux
juillet 1997
L' Année du serpent
de Jean-Jacques Viton
Lmda N°20 Depuis Les Hommes volés, premier texte publié au début des années 60, jusqu’à, dernièrement, L’Assiette ainsi que Les Poètes (Vestiaire), Jean-Jacques Viton n’a cessé de vouloir « assister une fois/à cette performance silencieuse/du poème tracé à la surface » du monde. Précisions, après 18 livres publiés. Ce dimanche matin, à Marseille, le ciel est gris. C’est sans doute la première fois depuis l’hiver que ce « droit au gris », comme dit le poète Petr Král, a été donné à la deuxième ville de France. Quittant le vieux port, entre la peau lisse et grise de soles et l’étendue d’une mer terne, on suit la rue de Rome un moment avant d’arriver sur le boulevard du Prado, large, dont le trottoir...
Jean-Jacques Viton : l’écriture au bord des yeux
juillet 1997
Les Cent Aphorismes : la seconde vue
de Franz Marc
Lmda N°16 L’oeuvre écrite de Franz Marc, figure de l’avant-garde picturale allemande des années 10, restait à découvrir en français. Une prose visionnaire. Les cent vingt et une Lettres du front, rédigées entre septembre 1914 et mars 1916, retracent deux cheminements parallèles. D’une part, les pérégrinations du lieutenant de cavalerie Franz Marc(1880-1916) à travers l’Alsace et la Lorraine et, d’autre part, la quête spirituelle menée par le même Franz Marc, en qualité, cette fois, de peintre et co-fondateur avec Kandisky du Blaue Reiter en...
Prospective cavalière
juin 1996
Ciel étonné
de Charles Racine
Lmda N°24 Le poète Charles Racine, disparu à 62 ans, laisse une œuvre fulgurante. Ciel étonné rassemble la plupart de ses poèmes : une découverte. Charles Racine, né en 1927 à Zurich, savait les mots traîtres, puisqu’il sut aller avec eux jusqu’au bout de sa vérité. Traîtres ainsi le furent-ils en ne sauvant pas l’homme de la folie de sa parole, l’amenant au fil de sa vie à s’enfermer de plus en plus dans la solitude, vivant reclus et de rien dans cette Suisse alémanique. Charles Racine s’égarait dans les mots, allait là où on ignore ce...
Tables de l’exilé
septembre 1998
Décollages
de Jean-Jacques Viton
Lmda N°20 Depuis Les Hommes volés, premier texte publié au début des années 60, jusqu’à, dernièrement, L’Assiette ainsi que Les Poètes (Vestiaire), Jean-Jacques Viton n’a cessé de vouloir « assister une fois/à cette performance silencieuse/du poème tracé à la surface » du monde. Précisions, après 18 livres publiés. Ce dimanche matin, à Marseille, le ciel est gris. C’est sans doute la première fois depuis l’hiver que ce « droit au gris », comme dit le poète Petr Král, a été donné à la deuxième ville de France. Quittant le vieux port, entre la peau lisse et grise de soles et l’étendue d’une mer terne, on suit la rue de Rome un moment avant d’arriver sur le boulevard du Prado, large, dont le trottoir...
Jean-Jacques Viton : l’écriture au bord des yeux
juillet 1997
Défiguration
de Michel Surya
Lmda N°13 En publiant Défiguration Michel Surya offre une alternative radicale aux empoignades qui opposent parfois héritiers chatouilleux et éditeurs lors de la publication post mortem des textes de nos grands hommes. Le narrateur de son récit, secrétaire particulier de l’écrivain Édouard Adler, s’est vu confier la mission de détruire tous les papiers, fonds de tiroir et correspondances de son...
La peur des mots
septembre 1995
Episodes
de Jean-Jacques Viton
Lmda N°20 Depuis Les Hommes volés, premier texte publié au début des années 60, jusqu’à, dernièrement, L’Assiette ainsi que Les Poètes (Vestiaire), Jean-Jacques Viton n’a cessé de vouloir « assister une fois/à cette performance silencieuse/du poème tracé à la surface » du monde. Précisions, après 18 livres publiés. Ce dimanche matin, à Marseille, le ciel est gris. C’est sans doute la première fois depuis l’hiver que ce « droit au gris », comme dit le poète Petr Král, a été donné à la deuxième ville de France. Quittant le vieux port, entre la peau lisse et grise de soles et l’étendue d’une mer terne, on suit la rue de Rome un moment avant d’arriver sur le boulevard du Prado, large, dont le trottoir...
Jean-Jacques Viton : l’écriture au bord des yeux
juillet 1997
Fragment personnel
de Jean Tortel
Lmda N°5 La mort. Sa représentation, son idée, son sens. Fragment personnel est un texte qui rapproche de ce passage obligé, cette fin inéluctable. Comment les mots cherchent à dire et les yeux à voir ce qui simultanément est et n’est pas. « Elle n’est ni un but, ni un interdit, ni un secours, ni une justification, ni une gloire, ni un désir, ni un obstacle, ni un flambeau, ni un mirage, ni une...
Les mots de la mort
octobre 1993
Garde-Manche hypocrite
de Philippe Beck
Lmda N°20 Les textes de Philippe Beck ne sont ni « fumier de la prose » ni « fumier du poème », mais tour à tour du côté de la prose et du côté du poème, dans un compromis qui ne néglige ni l’un ni l’autre, adopte l’un et l’autre, parvient même à créer comme une complémentarité entre les deux -une proximité que l’on croirait inédite. Dans ce livre (la première publication de cet auteur), alternent des...
Le poète-wombat
juillet 1997
Henri Deluy, une passion de l’immédiat
de Claude Adelen
Lmda N°16 Un essai, comme une manière d’hommage, consacré à un des personnages clés de la poésie contemporaine. Complaisant et discutable. L’ambition de ce travail serait de faire en sorte que le personnage cesse d’occulter le poète. » Cet avertissement de Claude Adelen n’a vraiment rien d’excessif : Henri Deluy est bien de ces écrivains dont l’œuvre ne représente qu’une part infime de leur travail littéraire. Né en 1931, Henri Deluy est aujourd’hui connu en tant que directeur de la revue Action Poétique, qu’il dirige depuis...
Deluy, empathiquement
juin 1996
Lettres du front
de Franz Marc
2000
Lmda N°16 L’oeuvre écrite de Franz Marc, figure de l’avant-garde picturale allemande des années 10, restait à découvrir en français. Une prose visionnaire. Les cent vingt et une Lettres du front, rédigées entre septembre 1914 et mars 1916, retracent deux cheminements parallèles. D’une part, les pérégrinations du lieutenant de cavalerie Franz Marc(1880-1916) à travers l’Alsace et la Lorraine et, d’autre part, la quête spirituelle menée par le même Franz Marc, en qualité, cette fois, de peintre et co-fondateur avec Kandisky du Blaue Reiter en...
Prospective cavalière
juin 1996
Membres luisant dans l’ombre
de Jean-Claude Schneider
Lmda N°21 Poète, traducteur, grand passionné de peinture et violoncelliste à ses heures, Jean-Claude Schneider, dont le nouveau livre paraît, a la patience et le regard lointain d’un homme du désert. C’est à Antony, tout prés de l’aéroport d’Orly où devait s’agiter un balais d’oiseaux de fer, que Jean-Claude Schneider vit. La maison a la sérénité de ces lieux où rien ne prend le dessus sur rien. Un...
L’épaisseur de la langue
novembre 1997
Montagne froide
de Han Shan
2000
Lmda N°16 Han Shan signifie en chinois vieille montagne. C’est également un poète du VIIe siècle. Son traducteur, Martin Melkonian, a su entendre sa parole pour nous la restituer dans son mélange d’ironie aimable, de sagesse feinte et de folie contrôlée. Han Shan nous est proche par son souci de dénoncer toute vanité et de se lier au simple des choses. Il diffère en même temps parce que la vitalité de...
Montagne froide
juin 1996
Olivet
de Michel Surya
Lmda N°16 Avec Olivet, Michel Surya poursuit une oeuvre où les narrateurs affrontent différents facettes de l’autorité paternelle, entre cruauté et dégoût. Le nouveau livre de Michel Surya, biographe de Bataille et responsable de la revue Lignes, contient la même intensité, le même désespoir que son ouvrage précédent Défiguration (éditions Fourbis). Alors que Défiguration mettait en scène la fascination éprouvée par le narrateur vis-à-vis d’un écrivain mourant, ce texte sans re-pères géographiques, intitulé Olivet, ville-périphérique d’Orléans...
La honte du père
juin 1996
Phasmes (suivi de) Sortes
de Dominique Rouche
Lmda N°14 Vous n’en ferez rien. Vous ne pourrez rien en faire.« À ce jugement presque prophétique sur lequel se referment ses Sortes, Dominique Rouche aurait pu ajouter, pour donner une mesure plus exacte de son recueil : vous n’en direz rien ; vous ne pourrez rien en dire… Que dire en effet de telles phrases : « Par les lacunes orientées du discours, par son développement hasardeux comme assuré, je...
Au commencement, l’image
novembre 1995
Poèmes Incorrects et Chants transcrits
de Katalin Molnar
2000
Lmda N°14 Le sixième volume de la collection Biennale des poètes en Val-de-Marne, PoèmesIncorrects et ChantsTranscrits de Kati Molnar, fait partie de ces publications qui, à les feuilleter rapidement sur un étal de librairie, vont d’abord vous irriter tant la façon dont l’auteur entend créer sa langue propre peut apparaître comme les derniers sursauts d’une modernité révolue. Car, de Kati Molnar, née...
Poèmes Incorrects et chants transcrits
novembre 1995
Les Poètes (Vestiaire)
de Jean-Jacques Viton
Lmda N°20 Les Poètes (Vestiaire) et L’Assiette ne semble rien partager de commun. Le premier est une chronique burlesque et exhaustive des coulisses des lectures publiques de poésie, le second un livre de quarante poèmes où il est question d’entretiens privés, de fonds d’assiettes dans lesquelles se mirer. Pourtant, à y regarder de plus près, si l’un peut servir de manuel savant et de guide du jeune...
Deux huis clos
juillet 1997
Sur la dernière lande
de Claude Esteban
Lmda N°20 Voici un exercice peu pratiqué par les poètes français aujourd’hui: : s’inspirer d’un texte -ici, Le Roi Lear- et composer, comme traduit de sa propre émotion, un texte en regard, vers ou prose. Sur La Dernière Lande répond à ce jeu de variations et d’échos, évitant soigneusement les références, évoquant d’une manière toute personnelle l’histoire de ce roi qui crut en lui-même. Dans ce livre...
Sur la dernière lande, de Claude Esteban
juillet 1997

Auteurs