La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Des ombres sur le mur

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Haydée Sabéran

Des ombres sur le mur

Ivan Vetrucic fait le désespoir de ses parents. Cancre à l’école, imperméable à toute réprimande, à la joie comme au malheur, Ivan est né au tournant du siècle dans une riche famille de négociants dalmates, mais il aurait pu naître ailleurs. Rien ne le relie à rien. Il est absent. Une seule chose lui fait battre le cœur : la lumière. Les gerbes d’étincelles projetées par la locomotive du train qui l’emmène au lycée, et la mer Adriatique qui, chaque matin, renaît derrière la vitre du compartiment. Chaque matin, « la lumière s’empare du monde ». Ivan Vetrucic aime la photographie et le cinématographe parce que c’est là que « la lumière fait tout ». Déserteur de l’armée austro-hongroise, apprenti photographe à Belgrade et opérateur à Londres, il passe sa vie entre chambres de bonnes et hôtels miteux. Il plaît aux femmes, mais ses amours restent sans fièvre. Ses amis l’aiment parce qu’il est droit et sans vanité, mais seule la lumière le taraude jusqu’à sa mort, à l’aube du parlant. Une écriture où se mêlent l’ironie et le désespoir. Un livre intelligent.

Gaïa
Traduit du serbo-croate
par Alain Cappon
277 pages, 129 FF

Des ombres sur le mur Par Haydée Sabéran
Le Matricule des Anges n°18 , décembre 1996.
LMDA papier n°18
6.50 €