La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Au Chat qui louche

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Haydée Sabéran

Un violon qui disparaît mystérieusement sous les yeux d’un concertiste, un savant fou, un psychanalyste fourvoyé, un manguier miraculeux, et un policier démêlant tout cela à coups d’alcool de prune : voici Arthur Koestler là où on ne l’attend pas. Écrit au temps des vaches maigres, Au Chat qui louche est un court roman policier. « Arthur Koestler auteur de polar ? (…) L’idée ne cadre pas avec celle que l’on se fait généralement du romancier du fameux Zéro et l’infini : un peu comme si l’on découvrait que Malraux, Sartre ou Orwell avaient écrit des romans de gare en cachette », reconnaît Phil Casoar, qui, dans la postface, met ce récit sur le compte de « l’humour » et de « la fantaisie » de l’écrivain anglais d’origine magyare. Écrit à quatre mains avec son ami Andor Németh (en allemand pour le premier en hongrois pour le second), Au Chat qui louche a également la particularité de rendre hommage à Freud en proposant la psychanalyse comme méthode d’investigation policière.

Calmann-Lévy
Traduit de l’allemand et du
hongrois par Chantal Philippe
97 pages, 75 FF

Au Chat qui louche Par Haydée Sabéran
Le Matricule des Anges n°18 , décembre 1996.
LMDA papier n°18
6,00 €