La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Hamsun avant Hamsun

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Philippe Savary

Littérature à la mode et autres textes

Ibsen n’est qu’un « bavard », Maupassant un adroit « jongleur » à la mode, les livres de Zola « des wagons de marchandises transportant des affaires ménagères courantes et très demandées avec lesquelles il parcourt le monde ». En 1890, Knut Hamsun est encore tout jeune écrivain. Son premier roman, La Faim, est à peine sorti de l’imprimerie lorsqu’il rédige trois textes qu’il lira dans quelques villes norvégiennes. Cette série de conférences est l’occasion pour le futur Nobel d’affirmer sa différence face à la littérature dominante de son pays.
À travers les quatre grands de la « percée moderne » de cette fin de siècle (Ibsen, Bjørnson, Lie, Kielland), Hamsun s’élève contre cette littérature alimentaire, utilitaire, « émue par un érotisme tranquille, rural ». Il reproche à cette production de s’attacher uniquement à informer la société et à dépeindre des types ou des caractères. Sur un ton péremptoire et de délicieuse mauvaise foi, le jeune Hamsun égratigne ses modèles, leur reproche leur facilité, et l’absence dans leurs livres d’une vraie psychologie. « Nous vivons encore sur les trois ou quatre sentiments fondamentaux que débitait Shakespeare : l’amour, la colère, la peur et l’étonnement », ironise-t-il. Refusant le diktat du positivisme et de la science, Hamsun revendique le droit d’explorer des voies nouvelles. Pour lui, l’être humain change au fil des époques, et l’écrivain doit s’intéresser à la « vie inconsciente de l’âme », douée d’exaltation, d’égarements, car « l’âme humaine est un monde dans lequel tout se meut, un abîme de mimosas où souffle le vent ». Une exploration dont ne se préoccupe guère, pour Hamsun, la littérature à la mode : « C’est de la poésie corporelle en rut, démocratisée selon le goût du peuple. »
Plus que l’intérêt polémique, l’ensemble de ces trois textes -richement annoté- est d’une grande valeur : il révèle avec pertinence le caractère d’un esprit moderne. C’est aussi la stupéfiante analyse par Hamsun de ce que sera ses trente livres à venir.

Littérature à la mode
et autres textes
Knut Hamsun

Traduit du norvégien
par Régis Boyer
Joseph K.
124 pages, 80 FF

Hamsun avant Hamsun Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°18 , décembre 1996.
LMDA papier n°18
6.50 €