La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Ce que jacter veut dire

mars 1997 | Le Matricule des Anges n°19 | par Christophe David

L' Argot de la série noire (Tome I)

De Nantes, via L’Atalante, une maison d’édition particulièrement innovante dans le domaine du polar, nous viennent souvent de bonnes surprises. Joseph K., autre éditeur nantais qui n’affiche a priori aucune spécialisation policière, publie aujourd’hui le premier volet d’une importante et très intéressante étude de Robert Giraud et de Pierre Ditalia, L’Argot de la série noire consacré à l’argot des traducteurs. Un second volet portera plus précisément sur l’argot des auteurs français.
Il ne s’agit pas ici de s’indigner en puristes sur l’effet de mode par lequel la traduction des titres des romans de Chandler pouvait transformer The Little Sister en Fais pas ta rosière, The Long Goodbye en Sur un air de navaja et Playback en Charade pour écroulés. Le parti pris des auteurs est de montrer comment la traduction du roman policier américain (mais n’est-ce pas vrai de toute traduction ?) n’est pas selon la classique et trop simpliste homophonie, une trahison mais le lieu d’un véritable travail de création linguistique. Exemple : la traduction en 1962 de Y a qu’à se baisser de Lawrence Block par Jean Rosenthal. « La bataille était gagnée d’avance mais j’étais vachement décidé à jouer jusqu’au bout. Ma main experte lui arracha un petit gémissement qui n’était pas feint. Elle ardait comme un coup de soleil ». L’invention du verbe « arder » qui ne doit rien à l’argot américain (le slang) mais renoue avec le feu de l’ardor latin est la création poétique de l’un de ces traducteurs inspirés auxquels cette étude rend enfin justice. Signalons aussi que Joseph K. publie en même temps une remise à jour du dictionnaire de Claude Mespede et Jean-Jacques Schleret, Les Auteurs de la série noire qui était sorti en son temps chez Futuropolis (630 pages, 185 FF).

L’Argot de la série noire, T I
Robert Giraud -Pierre Ditalia

Joseph K.
70, rue du maréchal Joffre 44 000 Nantes
380 pages, 160 FF

Ce que jacter veut dire Par Christophe David
Le Matricule des Anges n°19 , mars 1997.
LMDA PDF n°19
4.00 €