La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Entre écologie et anarchie

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Didier Garcia

Mémorialiste, essayiste et poète (1817-1862), Henry David Thoreau fut une sorte de Rousseau américain, hanté par le rêve d’une vie redevenue sauvage (un rêve adamique quelque peu candide), qui vouait aux gémonies l’organisation sociale, le respect du bien et l’allégeance nécessaire à la loi, engagé au point de préférer passer un jour en prison plutôt que de payer ses impôts à un gouvernement esclavagiste où « argent et vertu ne font pas bon ménage ». Épris de liberté, désireux de respirer à son gré, persuadé de ne pas être né « pour être contraint », Thoreau avait fait sienne la maxime selon laquelle « le meilleur des gouvernements est celui qui gouverne le moins », et avait érigé, comme autant de principes appliqués à sa propre vie, une philosophie idéaliste et profondément mystique.Désobéir (un titre dont Thoreau eût pu faire sa devise) possède les qualités et les défauts d’une compilation : les textes proposés (exercices de contestation ou d’admiration, poèmes, bribes de lettres) sont d’un intérêt inégal (les extraits de sa correspondance sont relativement insipides), l’unité de l’ensemble paraît pour le moins discutable (les poèmes ne sont guère contestataires), mais le volume parvient néanmoins à révéler quelques-uns des registres de Thoreau, tour à tour philosophe, pamphlétaire, apologue, patriote, naturaliste… Le texte le plus réussi pourrait bien être « Marcher » (que La Table Ronde, en 1995, avait publié séparément sous le titre Balades dans sa collection Les Petits Livres de la Sagesse), où Thoreau fait l’apologie de la marche : il faut marcher « à la manière du chameau dont on prétend qu’il est le seul animal qui rumine tout en marchant ». Mais cet ars ambulandi cède très vite, et trop vite, à l’exaltation de l’Amérique, où, comme nul ne l’ignore, la lune semble bien plus grande qu’en Europe -bien que Thoreau n’y ait jamais posé le pied…Encore méconnu en France, Henry David Thoreau est pourtant un auteur classique de la littérature américaine. Pour s’en

Désobéir
Henry D. Thoreau
Traduit de l’américain par Sophie Rochefort-Guillouet et Alain Suberchicot
10/18 222 pages, 38 FF

Entre écologie et anarchie Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4,00 €