La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Dernière neige avant la nuit

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Emmanuel Laugier

Un cri de solitude

Bruno Gay-Lussac s’est éteint l’année passée, après une longue maladie. Avec Un cri de solitude, ouvrage posthume et inachevé, la vie d’Arion, qu’on avait pu voir, dans le livre qui porte son prénom, se resserrer comme un noeud à la mort de son frère Ring, dure encore quelques temps, jusqu’à ce point ultime qui le confondra à la tombée du soir. La vie d’Arion se termine ainsi pour nous, dans la dernière étoffe d’une famille vouée à l’infortune, et de lui, de ce gamin sauvage, réfractaire à l’école, ouvert aux grands mouvements des arbres dans le vent, de lui qui sut sentir comme les bêtes le danger, on ne saura plus jamais rien. Dans Arion, cet enfant, si proche de celui qui traverse Le Voyage enchanté, vit à la campagne, se perd dans les bois, se griffe aux ronces, regarde son frère Ring, souffre de sa mort, survenue après le heurt en pleine tempe d’une balle de cuir. Dans Un cri de solitude, la famille est à Paris et Arion fréquente une école privée, la seule qui voulut bien de lui. Il y rencontrera Roselin, fils unique de grande fortune : « Il porte une cravate, des vêtements exactement à sa mesure et une fine chevalière au petit doigt ». Ce sont ces liens, entre une famille qui lui est étrangère et le fiasco de ses propres parents, qui vont désormais occuper toute les pages de ce récit. Toutefois, il ne se retourne pas sur une problématique de lutte des classes. Bien au contraire, Bruno Gay-Lussac ne fait que creuser le mystère qui voue Arion à être un seul cri de solitude parmi des milieux qu’il n’aura jamais compris. Même le rêve qu’il a de s’éprendre de la mère de Roselin sera saccagé, renvoyé à sa terreur dans un « Disparais ! Rentre chez toi ! ». Arion s’en va comme les récits de Gay-Lussac, avec la neige, la solitude du soir. Et s’il ne s’épargne pas dans sa propre vérité, nous garderons grande sa vie inachevée en nous.

Un cri de solitude
Bruno Gay-Lussac
Gallimard, 94 pages, 80 FF

Dernière neige avant la nuit Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4,00 €