La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poches Les décharges d’Andrevon

janvier 1998 | Le Matricule des Anges n°22 | par Christophe Dabitch

Blanche est la couleur des rêves

Parfois, la première ligne d’un roman est à elle seule un condensé de ce qui va suivre. Première phrase manifeste destinée à clairement situer l’auteur et son écrit, à provoquer d’entrée une rupture même si cela peut aussi être l’illustration d’un bon marketing littéraire. « Je me suis réveillé en déchargeant ». Telle est la première phrase de Blanche est la couleur des rêves de Jean-Pierre Andrevon. D’autres souffreteux se sont longtemps couchés de bonne heure, le héros d’Andrevon se réveille lui le slip poisseux. Ce narrateur habite un fort Alamo des alpages. Vaguement journaliste et auteur d’ouvrages scientifiques, sa vie est en train de lui filer entre les doigts. Sa famille l’a quitté, ses livres ne se vendent plus, la maladie le rattrape et par-dessus tout, la mafia veut récupérer une valise qu’une féminine de passage lui a confiée. Sa décision est prise : il va devenir un nettoyeur qui attend l’ennemi dans son camp retranché pour finir en apothéose. Un grand feu d’artifice avant de disparaître.
Comme l’indique la première phrase, il s’agit donc d’un polar contemporain qui va tout faire pour sonner contemporain. Comme une bonne recette. C’est-à-dire : parler cul, branlette et chatte (liste de synonymes page 148) ; étaler les pensées profondes et désabusées sur l’époque ; faire gicler le sang à coups de hache ; privilégier le style oral.
On a l’étrange impression de lire la description d’une réalité toujours unique et identique, comme un morceau de ferraille que l’on repeindrait sans cesse de la même couleur. La posture du narrateur, la quarantaine revenue de tout à qui on ne la fait pas, lasse à force d’avoir été utilisée. Tous ces clichés court-circuitent la tension et neutralisent par excès toute volonté provocatrice, au bon sens du terme. L’histoire d’Andrevon, plus connu pour ses écrits de SF, a pourtant tout ce qu’il faut pour faire un bon policier mais elle devient un scénario desservi par le style. Et il faut attendre longtemps avant que le récit ne bascule dans une action pure très efficace. Une période qui commence par une phrase : « Ce matin, je ne me suis pas réveillé en déchargeant. » On ne peut s’empêcher d’y voir un signe. La rétention spermatique du narrateur a manifestement profité au style d’Andrevon.

Blanche est la couleur des rêves
Jean-Pierre Andrevon

Canaille/Revolver Baleine
232 pages, 49 FF

Les décharges d’Andrevon Par Christophe Dabitch
Le Matricule des Anges n°22 , janvier 1998.
LMDA PDF n°22
4.00 €