La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’étrange quotidien

septembre 1998 | Le Matricule des Anges n°24 | par Hubert Delobette

Le prix Prométhée de la nouvelle a déniché, en sus d’un écrivain, un explorateur de nos univers quotidiens qui manie diablement l’art de la chute.

le Geste manqué de l’amant

Si on l’avait un tant soit peu perdu, comment retrouver ce goût bref, mais ô combien intense de la nouvelle… A l’évidence, Alain Kewes, dans Le Geste manqué de l’amant, noue avec ce style littéraire bien particulier une liaison passionnelle.
Depuis quinze ans, ce jeune documentaliste à Auxerre est un habitué de cet exercice de plume. Après de nombreux textes parus dans des revues comme L’Encrier renversé, Encres Vagabondes, Sol’air…, le voilà lauréat du prix Prométhée. Créé par L’Atelier imaginaire, ce trophée récompense un recueil de nouvelles inédit. Cette année, Noëlle Chatelet, Pascale Roze, Rachid Boudjedra, Hubert Haddad, Michel Host, Georges-Olivier Châteaureynaud, entre autres, ont fait une fois de plus bonne pioche parmi les nombreux manuscrits envoyés. Paradoxalement, ce qui surprend d’entrée le lecteur dans ces quatorze nouvelles primées, c’est leur chute… Dès les premiers récits, on a compris qu’Alain Kewes en fait le pivot de son écriture, la pièce maîtresse de sa construction littéraire. Dans la toute dernière phrase de la nouvelle, elle surgit, sournoise, habilement dissimulée, pour surprendre et confondre le lecteur. Allez, on ne va en trahir qu’une : celle de ce sportif qui se lance dans une course de fond. Du coup d’envoi au classement final, on vibre, on participe, on souffre avec lui pour découvrir dans la dernière ligne qu’il s’agit… d’un vieux liseron au sortir de l’hiver.
Tous les textes d’Alain Kewes sont de cette mouture, ils aiment par-dessus tout la dissimulation. Une autre caractéristique fédère ce recueil : toutes ses nouvelles s’épanouissent dans des univers des plus classiques (la vaisselle, le bureau, le jardin…) qui prennent sous la pointe du stylo de l’écrivain une autre dimension. Dans sa préface, Alain Absire note à juste titre : « Alain Kewes est un explorateur. Ses horizons d’aventuriers le mènent, au-delà des apparences, en marge des histoires ordinaires. Il est le maître de la grande course aux illusions. Autour de lui, si l’on n’y prend garde, on peut ne discerner qu’un catalogue de vies effacées ». Citons un exemple de ces mondes simples où l’on se met soudain à voyager. Dans un vieux livre de poche, à la tranche bleue pâle, monsieur Jean découvre des notes étranges dans les marges, écrites de la main d’une inconnue ; et nous voilà partis dans une singulière balade…
Peut-être pourrait-on regretter trop de tristesse, de désarroi dans l’ouvrage. On aurait aimé quelques nouvelles humoristiques qui doivent prendre un relief tout particulier dans les mains du créateur Alain Kewes. Pour l’instant, l’homme se contente simplement de flirter avec l’humour. Dans la confession de foi qu’il livre en fin du recueil, il explique : « Dans mes lectures comme dans mes propres nouvelles, je suis sensible au tragi-comique de l’existence. Il est rare qu’un événement ne puisse apparaître sous les deux aspects en même temps. On peut en pleurer, on peut aussi en rire. C’est cet oscillant « aussi » qu’il m’intéresse de mettre en scène ».

Le Geste manqué de l’amant
Alain Kewes

Editions du Rocher
235 pages, 118 FF

L’étrange quotidien Par Hubert Delobette
Le Matricule des Anges n°24 , septembre 1998.
LMDA PDF n°24
4.00 €